Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Imprimer Pin it!

    Jargon


    2 S : 2 décembre, en souvenir du 2 décembre 1805, bataille d'Austerlitz, au cours de laquelle sont tombés les premiers élèves de l'École militaire de Saint-Cyr; aujourd'hui jour de fête des corniches militaires qui voit les bizuths officiellement intronisés au sein de la Corniche,
    Alpha : être alpha, c'est être admissible au concours d'entrée de l'ESM. Le statut s'appelle aussi l'alphature
    Bahutage : Terme officieux désignant la période d'intégration dans toute unité militaire,
    Baraguey (du nom du colonel Baraguey d'Hillier) : surnom donné à celui des encadrants réputé le plus dur et le plus teigneux
    la Bazane : tout ce qui touche à l'Arme blindée cavalerie,
    Bazar : élève de première année; équivalent de Bizuth pour les Saint-cyriens;
    Bibelot: surnom donné aux Saint-Cyriens par les élèves de l'EMIA et de l'EMCTA pour railler leur côté précieux et fragile
    Bizuth : élève de première année en corniche,
    Bovins : Nom donné aux élèves des classes préparatoires du Lycée Militaire d'Autun.
    Brutions : voir Ñass,
    Colonel des Gardes : deuxième membre du Grand Carré, après le Père Système;
    Corniche : Classes préparatoires au concours de Saint-Cyr,
    Crocos: stagiaires africains à Saint-Cyr et Navale.
    Cyrards : Saint-Cyriens.
    les Dieux : membres du Cadre Noir de l'école de cavalerie de Saumur; mais aussi surnom donné aux élèves de dernière année de Saint-Cyr,
    Dolo cornu : chant des dolos (voir plus haut) à l'École militaire interarmes.
    l'esprit Khâl : esprit-concours; tout ce qui éloigne les prépas de l'ambiance "mili" (militaire),
    Fanature : terme par lequel un futur élève-officier déclare sa préférence d'arme; on dit: Fana Légion pour ceux qui se destinent à servir dans ce corps ou bien Fana Colo pour ceux qui ont opté pour une carrière dans l'infanterie de marine; il existe aussi les Fanas Génie, les Fanas Bazane (pour les futurs cavaliers) et même quelques Fanas Transmissions ,etc.
    Fine : représentant officiel du Grand Carré; un par section et compagnie du 1° Bataillon de France;
    la Galette : épaulette dorée de sous-lieutenant remise aux élèves-officiers le jour du Triomphe et qui fait suite à la fameuse formule : "A genoux les Hommes ... Debouts, les Officiers ! " ; "la Galette" est aussi le titre d'une chanson traditionnelle, hymne officieux des Saint-Cyriens.
    Glouglou : élève de l'École militaire du corps technique et administratif (Péjoratif),
    le Grand Carré : Réunion des Anciens responsables des traditions au sein d'une promotion,
    magouilleuse : ordinateur par lequel passent les notes. Donne parfois des résultats surprenants,
    Ñass : surnom donné aux élèves du Prytanée de la Flèche,
    l'Ours : la chambre des punis; chaque promotion se glorifie de son recordman de l'ours, c'est-à-dire de l'élève ayant écopé du maximum de jours d'arrêts passés à l'ours,
    PBF : Premier branlé de France. Désigne le premier candidat restant sur la liste d'attente au concours une fois celle-ci close.
    PDB : Pékin de Bahut: correspond à la fin de scolarité à Saint-Cyr,
    Pédago : terme générique englobant tous les membres du corps enseignant; peu flatteur,
    le Pékin de Bahut : chant traditionnel spécifiquement saint-cyrien commençant ainsi: "Trois Saint-Cyriens sont sortis de l'enfer / Un soir, par la fenêtre / ...". Pékin signifie "privé de..." et ce chant loue les mérites de la fin de la scolarité à Saint-Cyr;
    Père Système (ou Systus) : anciennement le dernier reçu au concours d'entrée et délégué de sa promotion,
    la Pompe : tout ce qui touche aux études académiques; par définition, sujet de mépris,
    psycho : quelqu'un qui perd ses moyens dès qu'il s'agit de faire de l'ordre serré,
    P'tit co : Abréviation de "petit conscrit" et non de petit copain; membres d'une même promotion,
    la Stacke : autre surnom donné aux études théoriques ou de culture générale,
    strasse : ensemble du personnel encadrant les élèves,
    TBO : abréviation de Très Bahuté Officier; élève de deuxième année de Saint-Cyr,
    le Triomphe : Jour du baptême d'une promotion, dont les membres accèdent au rang d'officier,
    TVA : abréviation pour Très Vénérable Ancien; élève de deuxième année de corniche,
    Vorace : terme générique désignant les officiers de l'encadrement militaire,
    Z : responsable des traditions à chaque niveau des écoles militaires: de Z section à Z national

  • Imprimer Pin it!

    essai

    Ca marche?

    LCG

  • Imprimer Pin it!

    La Très Bahutée Corniche Hoche

    Notre combat était d'abord celui des idées. Vraies ou fausses elles déterminaient le monde dans lequel nous vivions. Notre cercle était très restreint et totalement inconnu du grand public. Qui nous connaissait, à part nos familles ? Personne !

    Et pourtant nous voulions combattre et débattre de la nation, de l'armée, de la France, de l'homme, de l'engagement personnel, de la famille, de notre future carrière militaire. Débattre entre nous était une excellente chose mais n'apportait pas de réponse à la question suivante: Comment parler de la nation à une France prisonnière d'une gangue de mensonge et de démagogie?
     
    Déjà me direz-vous. C'était en 1961-62 et nous étions des Cyrards, étudiants de la Corniche Hoche, Versailles, et désireux de servir notre pays.
     
    C'était bien là notre problème.
     
    A d'autres époques on enfermait (ou pire) ceux qui émettaient des opinions qui divergeaient des idées officielles.
    En 1962, il n'était guère avisé d'émettre des idées non conformes. En général, notre engagement, notre vie, restaient inconnus des médias. Et lorsque nous défilions à Versailles ou à Paris, nos idées ne passaient pas à la télé, même si un tout petit article était publié dans la presse. Nos idées ne passaient pas car le public avait déjà été conditionné et les médias ne parlaient (déjà !) que de modèle collectiviste, le modèle individualiste ou personnaliste étant rejeté à priori, sans examen.
     
    L'esprit critique avait disparu, la simple curiosité intellectuelle avait été effacée dans nos chères têtes blondes. Il aurait fallu commencer par l'école, et apprendre le patriotisme aux jeunes, mais comme ceux qui alternent au pouvoir depuis 1960 ne veulent pas y toucher, rien ne changera de ce côté.
     
    La progression de nos idées dans ces conditions était très difficile en 1962. Et aujourd'hui, la montée inexorable de l'Islam aggrave encore le problème car il y a incompatibilité totale entre l'Islam et la liberté individuelle.
     
    Comme en 1961-62, il va forcément y avoir une crise, une rupture, une brutale prise de conscience qui nous donnera peut-être une chance, celle de se faire (enfin !) entendre.
     
    En attendant, nous espérons que les anciens de la Très Bahutée Corniche Hoche continuerons à aimer leur Corncihe et à tracer leur chemin. Ne nous décourageons pas. Songeons à nos héros, Cyrards comme nous au Lycée Hoche, qui sont morts. Ils ne se sont pas découragés.
     
    Claude Guillemain dit "Pépé"
    TVSO
     

     

    Découvrez le nouvel AOL WebMail gratuit ! 2 Go de stockage sécurisé, anti-spam, anti-virus, carnet d'adresses, agenda et gestion de photos intégrés.