Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Imprimer Pin it!

    La Boutique

    el8qcz.gif

  • Imprimer Pin it!

    Légionnaires parachutistes : 60 Ans au service de la France

    e01jk5.gif

    1948, Indochine.

    Animés de la foi des pionniers, les légionnaires volontaires sont regroupés au sein du 3e REI pour former la première unité parachutiste de la Légion. Venus d'ailleurs et d'autres guerres, à force d'audace et de courage, ces aventuriers ne vont pas tarder à incarner, pour leurs contemporains, le guerrier moderne. C'est en Indochine qu'ils remportent leurs premiers combats face à un adversaire mobile, fugace et impitoyable, ouvrant la voie aux BEP formés à Sétif.

    Héros anonymes conduits par des chefs prestigieux dont les drames et les exploits sont autant de pages de notre histoire, les légionnaires parachutistes vont lutter avec acharnement, en soldats convaincus, pour " une certaine idée de la France ". Ils parviendront à survivre à la tempête algérienne pour donner naissance au 2e REP d'aujourd'hui, cette unité d'élite engagée partout où la paix est menacée.

    1978, Kolwezi.

    A plusieurs milliers de kilomètres de la France, des femmes et des hommes sont en danger. L'alerte est donnée, un saut sur la cité minière, des combats brefs et violents... " More Majorum ". La même flamme vibre au cœur du légionnaire, alors qu'au Zaïre et au Tchad, son sang rougit la terre africaine.

    2008, Calvi.

    Beyrouth, N'Djaména, Mogadiscio, Sarajevo, Bangui, Brazzaville, Mitrovica ou Duékoué.

    Aux quatre coins du monde, humanitaires ou préventives, les interventions se multiplient. nécessitant des savoir-faire spécifiques. Les métiers évoluent mais le béret vert du 2e REP, lui, n'a qu'une seule vocation : légionnaire parachutiste.

  • Imprimer Pin it!

    Ricciotto Canudo

    iejuj9.gif

    Capitaine de réserve dans l'Armée italienne, âgé de 35 ans, Ricciotto Canudo s'engage pour la durée de la guerre, dans la Légion Etrangère, début août 1914. Il est recruté avec le grade de lieutenant à titre étranger avec le matricule 1.294 puis promu capitaine à titre étranger pour la durée de la guerre à compter du 1er septembre 1914. Son dossier porte la description suivante: taille 1,70m, cheveux grisonnants, yeux verts, fronts haut, nez régulier, visage ovale, portant la barbe.

    Il participe à la campagne contre l'Allemagne, d'abord en France avec le 4ème Régiment de Marche du 1er Etranger, commandé par le lieutenant-colonel Giuseppe Garibaldi, constitué de trois bataillons de Garibaldiens venus offrir leurs services à la France. Il prend part notamment à l'attaque victorieuse, à la baïonnette de Courtes Chausses le 6 janvier 1915 et aux combats du ravin des Meurissons les 8, 9, 10 janvier 1915. Les pertes du 4ème Régiment de Marche sont très importantes ce qui entraîne sa dissolution. Les rescapés rejoignent l'Italie à l'exception des volontaires qui sont incorporés à d'autres régiments de la Légion.

    Le Capitaine Canudo est alors affecté au dépôt d'Oran du 2ème Etranger, le 14 mai 1915. Il se porte aussitôt volontaire pour le Corps Expéditionnaire en Orient qu'il rejoint le 3 septembre, affecté au bataillon de la Légion Etrangère du 1er Régiment de Marche d'Afrique. Il y reçoit le commandement d'une compagnie de Zouaves avec laquelle il prend part aux combats des Dardanelles et de Macédoine, ainsi qu'à la pénible retraite de Serbie par un froid rigoureux sur des chemins impossibles. Malade, il est évacué le 20 janvier 1916 puis, lors de son rétablissement, détaché comme officier de liaison au quartier général de l'Armée italienne en Orient, le 27 septembre 1916. Enfin le 2 avril 1917, il est affecté à l'Etat major de la 122ème division en Orient, en mission sur le front d'Italie où il est blessé. Rapatrié en 1918, il est officier informateur aux Armées jusqu'à la cessation de hostilités.

    Démobilisé le 14 mars 1919 à Paris, le capitaine Ricciotto Canudo s'est installé au 104 de la rue du Faubourg Saint Honoré dans le 8ème arrondissement. Il est membre fondateur de la Fédération des Volontaires Etrangers Combattants et de la Fédération des Ecrivains Combattants. Son dossier d'officier précise qu'il est décédé des suites de la guerre le 10 novembre 1923.

  • Imprimer Pin it!

    Le Soldat n’est pas un homme de violence

    b3wlkp.gif

    Le Soldat n’est pas un homme de violence.  Il porte les armes et risque sa vie pour des fautes qui ne sont pas les siennes.  Son mérite est d’aller sans faillir au bout de sa parole tout en sachant qu’il est voué à l’oubli.

    Antoine de Saint-Exupéry