Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Imprimer Pin it!

Quand nous partions en campagne contre le baron…

339ksau.jpg

"Ungern-Sternberg était un fanatique, un mystique et un rêveur d'un type très rare en nos temps modernes, de plus soldat chevaleresque, un gentleman sans peur, dont l'image personnelle peut à peine être tâchée par son régime sanglant. Dans l'imagination populaire, Ungern-Sternberg a laissé une très forte impression. En de nombreuses soirées passées chez des paysans de la Sibérie orientale, j'ai entendu des contes qui commençaient ainsi : "kak my na barona pochli…" (quand nous partions en campagne contre le baron…) et qui décrivaient quelques épisodes de la légende attachée à son nom. À Nowo-Nikolajewsk, je rencontrais plus tard un docteur qui avait été le témoin du procès et de l'exécution du baron et qui me décrivit l'impression que son attitude intrépide et sa personnalité fascinante avaient fait sur les juges rouges. Même dans les motifs de la condamnation, ils ne purent s'empêcher de prononcer quelques mots d'estime personnelle ressentie pour cet adversaire singulier. À l'exception de ses méthodes sanguinaires et l'impression qu'elles laissèrent en Asie centrale, lesquelles ont presque produit un grand bouleversement, on peut le considérer comme la réincarnation du plus grand idéaliste de la littérature mondiale, le noble chevalier Don Quichotte de la Manche. Mais ainsi il n'en fut qu'une figure purement de parodie. Néanmoins, il écrivit un des chapitres des plus effectifs et relativement des plus glorieux de la contre-révolution russe, qui dans l'ensemble est une histoire plutôt lamentable."

Ruetger Essen (voyageur suédois), De la mer Baltique à l'océan Pacifique, Stockholm, 1924.

Commentaires

  • Pour ceux qui lisent l'anglais, paru en 2008, je conseille le livre "the bloody white baron" de james Palmer, un livre très documenté, qui remet le personnage dans son contexte,en plus de la vie d'Ungern, l'auteur fait un portrait très fouillé de la religiosité mongol, de l'arrière plan historique,etc...
    Moins romantique (voir romanesque) que les autres ouvrages, notamment français, sur lui, l'auteur, s' il condamne moralement le baron, ne le montre pas trop et sait rester objectif. Donc, malgré un titre accrocheur (marketing d'editeur anglo-saxon oblige), un livre intelligent où l'on apprend énormément de choses :

    http://www.faber.co.uk/site-media/onix-images/thumbs/8381_jpg_280x450_q85.jpg

    facile a trouver neuf sur ebay pour une dizaine d'euro

Les commentaires sont fermés.