Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Imprimer Pin it!

Henri de Monfreid

osn1282497081l.gif

" Jamais de repos, jamais de halte sur la route brûlante auprès de la source fraîche, seulement une gorgée prise au passage dans le creux de la main. .. et on reprend la course dans la poussière. " Telle apparaissait la vie pour Henry de Monfreid. Vieille compagne, la mort ne surprit pas, la nuit du 12 au 13 décembre 1974, ce prodigieux vieillard de 95 ans : " ll faut vivre comme si on était éternel ; il n'est pas plus difficile de mourir que de naître "  Mers, soleil, vents l'avaient délivré des rêveries obscures, des conventions et des habitudes, de ce qu'il appelait " le troupeau " pour lui permettre d'écouter tout ce qu'il portait en lui, comme une mère porte un enfant, l'Aventure.  Mais se dépouiller du vieil homme n'est pas facile. Un échec à l'Ecole polytechnique, la rupture avec sa famille, de nombreux petits métiers, des amours de passage lui font mesurer " sa veulerie, ses lâchetés, ses faiblesses ". Mentir pour être cru, tricher pour gagner semblent à ce jeune homme les lois d'une cité où " l'homme perd sa propre estime ", où il ne connaît plus son tirant d'eau, où aucune épreuve ne lui révèle sa valeur.
Aussi fuit-il ce monde faux, non pour s'adonner à des spéculations métaphysiques, mais pour affronter une rude réalité " afin, écrit-il, de fortifier en lui ses éléments combatifs ". ll a 30 ans, trois de plus que Rimbaud, lorsqu'il découvre l'Ethiopie et la mer Rouge en 1910.
Pendant trente-huit années, il en recherche les secrets, se battant contre les pirates et les Etats, vendant des armes, des perles, du hachisch, côtoyant des marchands d'esclaves et des princes, rencontrant aussi bien le Négus que Mussolini, conversant avec Teilhard de Chardin après s'être converti à l'lslam. Contrebandier, pirate, gentilhomme de fortune, il écume les mers d'Orient, devient guide de chasse au Kenya, avant de planter son ancre à terre, en Berry, dans une demeure datant d'Henri IV. Sans jamais avoir failli à sa parole ni à son honneur.
Au milieu de ses aquarelles, après avoir écrit une soixantaine d'ouvrages, Henry de Monfreid terminait d'ordonner ses souvenirs. " Je plante un pommier, aimait-il à dire, et n'en mange pas les pommes. Mais je mange celles de l'arbre qu'on a planté avant moi. Et bien d'autres mangeront les pommes que j'ai plantées. ll faut vivre comme cela. " lvre d'aventures, il tenait à marquer son attachement à la terre d'Europe : terre d'aventures, terre d'aventuriers, toute à son image.

Jean-Louis Voisin, Eléments, novembre 1974.

Les commentaires sont fermés.