Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Imprimer Pin it!

    La presse et la gauche française soutiennent les taliban - SUITE -

    Otages en Afghanistan : le général Roudeillac n'a jamais tenu les propos odieux qui lui sont prêtés



    Otages en Afghanistan : le général Roudeillac n'a jamais tenu les propos odieux qui lui sont prêtés
    Depuis quelques jours, un texte circule sur internet s'en prenant aux deux journalistes français retenus en otage en Afghanistan. Il contient des propos aussi ridicules qu'odieux. Les deux journalistes serait ainsi parti en "excursion" pour "assurer les talibans du soutien de la presse et de la gauche française dans leur lutte"...
    Une lecture rapide de ce texte pourrait laisser croire que son auteur est le général (2S) Daniel Roudeillac. Comme il vient de le confirmer à ce blog, le général Roudeillac est victime d'une méchante manipulation, comme on en trouve tant sur internet.

    "Je suis très remonté contre l'utilisation abusive d'un coup de gueule qui n'avait rien à voir avec les deux journalistes pris en otage en Afghanistan", nous a-t-il expliqué. A la suite de la mort des deux jeunes Français enlevés au Niger, le général Roudeillac avait posté un commentaire sur le site du Figaro.fr dans lequel il dénonçait la différence de traitement médiatique entre l'affaire du Niger et la mort, le même weekend, d'un sous-officier français en Afghanistan. Ce commentaire lui avait été curieusement refusé par le site du Figaro au nom de leur charte déontologique.  "Le plus insupportable demeure l'indifférence, voire le mépris de certains faiseurs d'opinion, convaincus de détenir la vérité" écrivait-il. Comme nous avons pu le constater, rien dans ce texte ne concernait les deux otages.

    Deux polémistes d'internet ont cru bon d'en faire un autre usage : Jean-Patrick Grumberg, bloggeur pro-israélien et Gérard Liebenguth, un ancien des Troupes de montagne. 

    Le général Roudeillac a notamment commandé le 3ème RPIMa et était attaché de Défense en Allemagne au moment en 1989. Il vient de publier un livre "Chronique militaire de la chute du Mur" chez L'Harmattan.


    Vendredi 11 Mars 2011
  • Imprimer Pin it!

    La presse et la gauche française soutiennent les taliban - par Jean-Patrick Grumberg

    1458653_3_19e3_les-visages-de-stephane-taponier-et-herve.jpg

     

    Le 30 décembre 2009, deux militants de gauche, accessoirement journalistes à FR3, se rendent sans protection dans une zone à risque contrôlée par les taliban, pour "assurer les talibans de la compréhension et du soutien de la presse et de la gauche française dans leur lutte". 


    C'est le scandale médiatique que dénonce le Général de division D. Roudeillac, Saint Cyrien, commandeur de la Légion d’Honneur et de l’Ordre National du Mérite, autour de la capture des journalistes Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier.


    "LES DEUX JOURNALISTES DE FR3 N’ÉTAIENT PAS EN REPORTAGE QUAND ILS ONT ÉTÉ ENLEVÉS. LEUR AVION LES ATTENDAIT, LE REPORTAGE ÉTAIT TERMINE !" hurle le général dont le témoignage a été censuré par l'AFP et par l'ensemble des médias.
     

    "Les deux "touristes" farfelus irresponsables sont partis faire du militantisme politique à titre personnel dans les montagnes Afghanes, de leur propre initiative, une fois leur reportage avec l'armée terminé !!" ajoute Gérard Liebenguth, Président Amicale Nationale du 22°BCA et des Troupes de Montagne.


    Gérard Liebenguth : "Et pendant ce temps les médias nous bassinent sans arrêt avec leurs deux abrutis prisonniers volontaires à qui les professionnels sur place avaient vivement conseillé de ne pas aller dans les montagnes afghanes."


    Gérard Liebenguth : "Une initiative, qui plus est, totalement personnelle et irresponsable, puisque prise après leur reportage réalisé (et non dans l'exercice de leur travail donc, comme le déclarent abusivement leurs collègues de fr3 et des JT (en toute désinformation délibérée)"


    L'Elysée était parfaitement informée de la faute coupable des deux gauchistes.

     
    Le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, a critiqué leur "imprudence coupable", tandis le chef d'état-major des armées, Jean-Louis Georgelin, très irrité de devoir engager la sécurité de ses troupes pour les deux irresponsables couverts par les médias, annonce au micro d'Europe 1 le coût des opérations de recherche. "Nous avons déjà dépensé plus de 10 millions d'euros dans cette affaire". "Je donne le chiffre parce que j'appelle à la responsabilité des uns et des autres". On sent, dans sa déclaration, qu'il brûle de lâcher le morceau. Contraint par sa hiérarchie, il ne pourra en dire plus. Il ne pourra pas dire que les deux hommes n'étaient pas les journalistes en opération qu'on nous a présenté au moment de l'enlèvement, mais "ces deux personnages"

     
    Gérard Liebenguth, lui, met les pieds dans le plat, et raconte. (Vous remarquerez que Mediapart, grand défenseur de la liberté d'expression à géométrie variable, si prompt à dénoncer les "affaires" du gouvernement, est resté bien silencieux, ainsi que l'ensemble du métier - corporatisme de la presse trotskiste oblige).


    Gérard Liebenguth : "(c'était une) excursion perso, au lieu de reprendre leur avion prévu, en préférant prendre des pseudos guides, plus cupides que compétents, au lieu de ceux, plus éprouvés et surs, que leur avait fournis l'armée. Excursion politique et non journalistique, puisque au seul motif idéologique gauchiste qu'ils avaient manifesté. Une irresponsabilité qui a déjà coûté fort cher en recherches sur place, avec la mise en danger de militaires et équipages d'aéronefs ayant effectué des recherches en zone à risques les jours qui ont suivi leur disparition !!, comme déjà rapporté par des éléments de l'armée de l'air sur place, ayant du participer aux recherches de ces imbéciles irresponsables !!"


    Général (2S) Roudeillac : "Je crois que cet incident mériterait d'être porté à la connaissance du plus grand nombre. Malheur à celui qui montre du doigt la partialité des médias !!"


    Jean-Patrick Grumberg