Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Imprimer Pin it!

La défense nationale oubliée des programmes présidentiels…

Publié le http://www.rpf-site.fr/2012/04/la-defense-nationale-oubliee-des-programmes-presidentiels/

La défense nationale oubliée des programmes présidentiels…

 

Si de façon récurrente les élections présidentielles apportent avec elles leur lot de promesses et en particulier le souci permanent des candidats socialistes à satisfaire l’électorat traditionnel issu de l’éducation nationale, il est un autre budget complètement passé sous silence par tous, celui de la défense nationale. Pourtant, combien il est d’une indéniable nécessité et combien il se révèle insuffisant aux yeux des observateurs objectifs. Chacun connait les immenses difficultés qu’ont nos troupes à entretenir leurs matériels, à assurer leurs missions avec de plus en plus d’exigences et de moins en moins de moyens.

 

Un rapport d’information de l’assemblée nationale montre que l’état des équipements dans les différentes armées s’est détérioré de manière alarmante ces dernières années. Les déficiences sont inégalement réparties, mais le taux de disponibilité insuffisant et l’âge des équipements exigent des mesures correctrices.

La disponibilité des matériels est donc clairement insuffisante au sein des trois armées. Le taux de 60 % constitue pour chacune d’entre elles le niveau autour duquel se situe la disponibilité globale de leurs armements. Ce constat est sans nuances, car le décrochage de l’état opérationnel des équipements par rapport aux objectifs fixés lors de la professionnalisation des forces est patent.

Subie par des personnels qui n’ont pas pour habitude de manifester publiquement leurs états d’âmes, cette situation n’a pas vraiment été perçue avec ses conséquences ces dernières années, car les missions ont continué à être remplies. L’excellent site internet suisse mentionné ci-après offre un détail précis de l’état des matériels de nos armées.

http://www.checkpoint-online.ch/CheckPoint/Materiel/Mat0027-FranceMatEtatAlarmant.html

Selon le journal économique « La Tribune », le projet de budget du ministère de la Défense sur la période triennale 2011-2013, qui s’élève à 94,96 milliards d’euros hors pensions (31,19 milliards en 2011), dont 3,26 milliards de recettes exceptionnelles (1,02 milliard en 2011) pourrait être épargné en tout cas dans sa présentation. En réalité, plusieurs paramètres pèsent sur l’exécution de ce budget d’ores et déjà amputé de 3,6 milliards d’euros au titre des économies demandées par l’Elysée.

Parmi ces éléments incertains, on note des recettes exceptionnelles optimistesprovenant de la vente d’actifs immobiliers, notamment à Paris (1 milliard d’euros), les difficultés relatives à la vente du Rafale, la facture de l’A400M plus lourde que prévue, le budget de l’entretien du matériel de ce qu’on appelle dans le jargon militaire le Maintien en condition opérationnelle (MCO) et bien sûr et non des moindresune coûteuse présence sur le terrain. La montée en puissance de l’armée française en Afghanistan, l’opération Pamir, a un coût de plus en plus lourd : 470 millions d’euros en 2010.

Loin des préoccupations des économistes, la vie quotidienne des nos soldats est fortement « impactée » par le manque de moyens. Par exemple, chaque soldat français devant partir sur des opérations à risques doit, s’il le peut financièrement, compléter son équipement avant son départ ou lors des permissions. Un complément qui coûte cher : presque 3000 euros. Des frais qui restent totalement à la charge des soldats.

Autre dysfonctionnement flagrant, la manifestation d’une petite dizaine de courageuses compagnes de militaires venues manifester à Paris le samedi 10 mars, au nom de toutes les autres. De graves erreurs se sont produites dans le versement des soldes et des primes. Conséquences : des familles sont actuellement frappées d’interdit bancaire, d’autres ont des découverts importants, des milliers ont des arriérés de paiement parfois très importants.

De toute évidence, en matière de défense, la France ne se donne pas les moyens de sa politique. Sous couvert d’une réforme « moderne et égalitaire », Jacques Chirac avait fait suspendre la conscription. La mesure avait en réalité un sens purement électoraliste et surtout l’ambition de faire de massives économies. Où sont donc passés les milliards du service national, dans quel puits sans fonds cette manne gigantesque a-t-elle été gaspillée ?

Non ! Le budget de la défense ne doit pas être une variable d’ajustement budgétaire. Ne pas maintenir notre outil de défense à un niveau acceptable pourrait avoir très bientôt de graves conséquences.

Gérard HARDY

Les commentaires sont fermés.