Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Imprimer Pin it!

    Exclusif. Armées : l'effet choc des Sentinelles de l'Agora

    Armées. Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, s'inquiète de l'impact du message des Sentinelles de l'Agora, ce groupe d'officiers généraux et supérieurs qui sonnent l'alarme sur "le déclassement de nos armées" (Valeurs Actuelles du 10 octobre).

    Médiatisé par l'une de ses figures de proue, le général Jean-Claude Thomann, ce groupe va maintenant rendre public la quarantaine de noms qui l'anime. On y retrouve les plus éminents commandeurs de nos armées de ces vingt dernières années. Les Sentinelles ne désarment pas et annoncent de nouveaux documents, en liaison avec l'ASAF (Association de soutien à l'armée française) du général Henry Pinard Legry, devenue en quelques années le principal 'lobby" de défense de l'institution militaire. Le Drian a donc décidé de multiplier ses "immersions" dans les forces, pour prendre le pouls de l'active. Il réclame à ses services des visites plus longues et un contact plus direct avec les militaires, pour "libérer la parole" et mieux faire remonter les informations. Après ses visites récentes au 152e régiment d’infanterie (Colmar), puis au 2e régiment d’infanterie de marine (Le Mans), il sera ce 23 octobre au 1er régiment de chasseurs parachutistes (Pamiers), pour commémorer le 30e anniversaire de l’attentat du Drakkar (58 parachutistes tués à Beyrouth). Il est attendu ensuite au 4e régiment étranger (Castelnaudary), aux 8e et 3e régiments de parachutistes d'infanterie de marine (Castres et Carcassonne), dans la marine et l’armée de l’air. Les Sentinelles de l'Agora et l'ASAF assurent qu'elles ne lâcheront rien.

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Imprimer Pin it!

    Communisme et Indochine

    Sur les 39 979 soldats français prisonniers du Vietminh, 26 225 moururent soit 69%. mais

    l'extermination au camp Boudarel fut de 85% .( chiffre établi par le service de santé des armées sous

    la direction du médecin commandant Martin).

    Vietnam.jpg

    Pas besoin des 8 volumes du Capital, le marxisme se résume en 2 lignes :

    Déteste celui qui est plus riche que toi, n’admet en aucun cas qu’il le soit par son intelligence et

    surtout, n’admet jamais qu’il contribue à la richesse de ton pays.

    Il reste a l’auteur à lire « le livre noir du communisme », l’auteur apprendra comment son idéologie

    de « lutte des classe a créé 100 millions de ports, par famine, terreur, génocides et en plus sans

    compter les guerres....Petit lien par pays de leurs crimes http://www.communistcrimes.org/

    Il lui resta a se faire offrir »les communistes Français" de Annie Kriegel, ancienne dirigeante du

    PCF pour comprendre.

    Il pourra apprendre ce qu’a fait le PCF en France et son histoire non revisitée :

    -Le PCF fut interdit dès le 26 septembre 1939 par le Front populaire, pour avoir approuvé l’alliance

    entre Hitler et Staline, l’’invasion de la Pologne par l’URSS.

    -Duclos, dirigeant du PCF, diffusa une lettre ouverte invitant le gouvernement à engager d’urgence

    des négociations de paix avec l’Allemagne nazie, avec qui la France était en guerre.

    -Thorez, secrétaire général du PCF, fut enlevé par un commando de l’Internationale communiste et,

    sous passeport soviétique, passa en URSS où il demeura de 1939 à 1944. Pour cette désertion en

    temps de guerre il fut condamné par contumace et déchu de la nationalité française.

    -Le 18 juin 1940 sous l’autorité de Duclos, le PCF engageait avec Otto Abetz, le représentant de

    Hitler à Paris, une négociation qui promettant une aide contre une réhabilitation.

    -De très nombreux hommes politiques de gauche radicaux, socialistes ont voté les pleins pouvoirs à

    Pétain et ont participé à son Conseil national, quand ils n’ont pas été des collaborationnistes actifs,

    en particuliers ceux qu’on appelait les néo-socialistes (Déat, etc.).

    -Les communistes Français ont été largement collaborationnistes et absents du combat contre

    l’Allemagne nazie entre septembre 1939 jusque juin 1941. Qu’ils n’ont changé que sur ordre de

    Moscou quand l’Allemagne a envahit l’URSS.

    -Boudarel, a été invité par des sénateurs communistes (dont certain sont toujours en place) au

    Sénat pour glorifier le régime Vietnamien alors que ce dernier a exterminé 360 Francais dans des

    camps de concentration.

    -Que le PCF a formé au communisme la totalité des cadres Kmers rouge à Paris qui engendreront

    une lutte des classes agraires, avec un génocide de 2 millions de morts.

    Vous imaginez des gens défiler dans les rues avec le drapeau nazi ? Et bien ces gens défilent dans

    nos rues avec le drapeau "faucille et marteau" en nombre, alors que cette idéologie n’a jamais

    qu’engendré que des malheurs. communisme et indochine.pdf

  • Imprimer Pin it!

    Le Vendémiaire rend hommage à Lapérouse.

    Par FS Vendémiaire le samedi, 12 octobre 2013, 00:37

    Profitant de la présence du Vendémiaire à Sydney, une partie de son équipage s'est rendue à l'invitation de M. Eric Berti, consul général de France en Australie, et des membres de l'association franco-australienne Lapérouse, sur le monument érigé à la mémoire de l'explorateur français au bord de la baie de Botany sur le lieu même où, le 26 janvier 1788, il débarqua avec ses compagnons. Par fait extraordinaire, les marins français ne furent pas les seuls représentants des forces armées françaises : trois élèves de l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, en stage en Australie, avait également fait le déplacement.

    2013-10-07_-_Laperouse_1_m.jpg


    Ce monument très sobre - une simple colonne supportant un globe terrestre - est très émouvant, non seulement par son cadre majestueux (l'impressionnante Botany Bay où claquent les drapeaux français, australiens et aborigène) mais aussi par les très nombreuses plaques laissés par les navires français venus rendre hommage au marin disparu sur les récifs de Vanikoro : la corvette Zélée, les cuirassés Bruat, Victor Hugo, Michelet, les croiseurs Protet, Montcalm, les torpilleurs Chamois et Triomphant, et bien d'autres encore.

    2013-10-07_-_Laperouse_2_m.jpg


    A l'issue d'une cérémonie où, après que furent rappelés les exploits du comte Jean-François de Lapérouse ainsi que les sacrifices consentis par les marins de toutes nations, retentirent les hymnes français et australiens, les marins du Vendémiaire purent découvrir dans le musée Lapérouse, adjacent au monument, une exposition consacrée aux tapes de bouches laissées par les bâtiments français lors de leur passage en ce lieu historique.

     

     

    2013-10-07_-_Laperouse_3_m.jpg

  • Imprimer Pin it!

    Le général Giap, héros de l'indépendance vietnamienne, est mort

     

    Le Monde.fr | 04.10.2013 à 15h31 •Le général Giap est mort vendredi 4 octobre.

     

     

     

    Il restera dans l'histoire l'un des grands chefs de guerre du XXe siècle, le seul à avoir successivement défait la France et tenu tête aux Etats-Unis d'Amérique. Le général Vo Nguyên Giap est mort vendredi 4 octobre à l'âge de 102 ans.

    La prise du camp retranché français de Diên Biên Phu en mai 1954 et la chute de Saïgon en avril 1975 demeurent les faits d'armes de ce leader au calibre exceptionnel : autorité personnelle, génie de la logistique, tacticien hors pair. Ces succès, indéniables, font du général Vo Nguyên Giap le dernier d'une lignée de grands stratèges vietnamiens qui, au fil des siècles, ont barré avec succès la route du Sud aux Chinois après les avoir chassés de leur sol. Pour sa part, Giap a largement contribué à faire échouer le retour des Français au Vietnam et, dans la foulée, en pleine Guerre froide, à casser la relève que voulaient assurer les Américains.

    Né le 25 août 1911 dans un village du Vietnam central, issu d'une famille de modestes lettrés, Giap a vécu sa jeunesse dans une atmosphère de nationalisme militant : démêlés avec la Sûreté française, dont deux années en prison, de 1930 à 1932. Il passe son bac (français) en 1934, puis enseigne l'histoire et le français à Hanoï, au lycée Thang Long, creuset de militants anticolonialistes. En 1937, à l'époque du Front populaire, il adhère au PC clandestin vietnamien.

    Dès lors, son itinéraire est tracé. En mai 1940, en compagnie de Pham Van Dông, futur premier ministre (1954-1986), Giap se rend en Chine pour y rencontrer, pour la première fois, Hô Chi Minh, fondateur du PC en 1930. Il a épousé en 1939 une militante originaire de la même province que lui, qui lui a donné un enfant en 1940. Il ne la reverra jamais : peu de temps après son départ, elle est arrêtée par la Sûreté française. Vicieusement torturée, elle meurt en prison, dit-on, en se suicidant. Giap ne l'apprendra que quelques années plus tard.

    FASCINÉ PAR BONAPARTE

    Au Lycée Thang Long, à la veille de la seconde guerre mondiale, ses élèves l'avaient surnommé "le général" ou bien, plus précisément, "Napoléon". Si Giap s'est nourri des expériences de ses illustres prédécesseurs qui, au fil des siècles, ont infligé de cinglantes défaites aux envahisseurs chinois, il a aussi étudié dans le détail les campagnes de Bonaparte. Les premiers lui ont appris l'art d'utiliser le terrain, de s'adosser à la cordillère indochinoise, d'assurer ses arrières, d'attirerdans des pièges ses adversaires.

    Portrait diffusé le 5 juillet 1976 par l'agence nord-vietnamienne AVI du général Nguyen Giap, ministre de la Défense du Nord Viêt-nam, alors qu'il prenait ses fonctions de vice-premier ministre du gouvernement de la République socialiste du vietnam.

    Des tactiques de Bonaparte, Giap a retenu en particulier "l'effet de surprise". En ce qui concerne Diên Biên Phu, nous a-t-il raconté un demi-siècle plus tard, "le chef de nos conseillers chinois s'était prononcé pour une attaque rapide" du camp retranché français situé dans une plaine limitrophe du Laos. L'attaque est fixée au 25 janvier 1954, à 17 heures, soit peu avant la tombée de la nuit. A la dernière minute, Giap s'accorde un délai supplémentaire de 24 heures. Puis il "donne l'ordre de retirer les troupes, y compris l'artillerie "" La décision la plus difficile de ma carrière de commandant en chef".

    Pourquoi ? "Pour attaquer, j'ai attendu d'entendre à la radio le général Navarre déclarer que la marée Vietminh est étale...", nous a-t-il expliqué. Navarre est alors le chef du corps expéditionnaire français en Indochine et c'est lui qui a décidé d'établir un camp retranché proche de la frontière entre le Laos et le Vietnam pour y attirer les divisions du Vietminh. "Etale", répète Giap en souriant. "Et je suis passé à l'action !" Le 23 mars. Le PC du général de Castries, commandant du camp retranché, sera occupé le 7 mai, moins de deux mois plus tard.

    Giap nous a également rapporté le développement suivant. Quelques semaines avant l'ultime "offensive générale" communiste qui se terminera avec la capitulation de Saïgon le 30 avril 1975, la rade stratégique de Danang, dans lecentre du pays, est encerclée par les troupes communistes. "Le gouvernement de Saïgon, celui de Nguyên Van Thiêu, a donné l'ordre au chef local, le général Ngô Quang Truong, de tenir 'jusqu'à la mort'. Je donne l'ordre à la division 312 d'attaquer Danang. Son commandant me répond : 'L'ennemi est assez fort, jevous demande sept jours'. Je lui dis : 'Je prévois que Ngô Quang Truong va seretirer par la mer. Combien de temps lui faudra-t-il ?'".

    >> Ecouter le cinéaste Pierre Schendorffer sur le général Giap, dans l'émission "Cinq colonnes à la une", en 1964.

     


    "Au moins trois jours", finit par lui répondre, en communication radio, le chef de la 312. "Alors, je vous donne trois jours. Ordre est donné aux troupes de se déplacer en plein jour, de descendre la RN1. Vous serez bombardés par l'artillerie de la marine adverses, mais cela n'est pas grave", dit Giap. "Ainsi, a-t-il poursuivi, non seulement la poche de Danang est réduite mais nous avons disposé de plusieurs divisions supplémentaires pour l'attaque finale de Saïgon""Je leur ai simplement dit : 'foncez sur Saïgon !'". Une fois de plus, l'effet de surprise, la "concentration des troupes""l'audace", voilà ce que Giap a également retenu de son analyse des campagnes de Bonaparte (il ne parle pas de Napoléon Ier, l'empereur, le politique, qui le fascine nettement moins).

    CONFIANCE TOTALE DE SES LIEUTENANTS

    Créée seulement à la fin de seconde guerre mondiale, l'armée du Vietminh s'exécute sans broncher. En 2004, à notre grand étonnement, Giap s'est exclamé : "Le retour de l'île d'Elbe, c'est formidable !", dans une allusion aux troupes royales envoyées par Louis XVIII pour barrer la route à l'empereur et qui, au lieu de le faire, se rallient à ce dernier. Pour Giap, c'est un clin d'œil aux rapports qu'il a établis avec ses propres lieutenants : ils lui obéissent au doigt et à l'œil, ils lui font une totale confiance.

    Giap s'est également avéré un génie de la logistique. Il nous a rappelé un jour la formule utilisée par Bonaparte lors de la campagne d'Italie : "Là où une chèvre passe, un homme peut passer ; là où un homme passe, un bataillon peut passer"."A Diên Biên Phu, avait-il poursuivi, pour livrer un kilo de riz aux soldats qui menaient le siège, il fallait en consommer quatre pendant le transport. Nous avons utilisé 260 000 porteurs, plus de vingt mille bicyclettes, 11 800 radeaux, 400 camions et 500 chevaux". Sous protection d'une forêt dense, les pièces d'artillerie du Vietminh ont été démontées pour être acheminées sur les collines qui surplombent le camp retranché, où elles ont été réassemblées.

    Toutefois, dans le domaine de la logistique, la réalisation la plus étonnante a été, dans les années 60, la "piste Hô-Chi-Minh", immense dédale de pistes abritées dans la jungle et de boyaux qui descendent du nord vers le sud en empruntant le sud laotien et le nord-est cambodgien afin de contourner le dispositif de défenseaméricain dans le Sud. Une "voie à sens unique", diront plus tard les bô dôi, les bidasses nord-vietnamiens. Mais les Américains ne parviendront jamais à coupercette ligne de ravitaillement – hommes, munitions, matériels, chars, blindés – même en recourant à des bombardements massifs, aux défoliants, aux parachutages de centaines de milliers de mines et de pièges anti-personnels.

    L'AUTORITÉ DILUÉE D'HÔ CHI MINH

    Le général Giap dans son PC de Dien Bien Phu.

    Toutefois, personne n'est prophète à domicile et Giap en fera l'amère expérience. Père d'une indépendance qu'il a proclamée le 2 septembre 1945 devant une foule enthousiaste d'un million de gens à Hanoï, Hô Chi Minh a toujours dû composeravec les éléments intransigeants qui dominent le politburo du PC vietnamien. Apartir du milieu des années 60, son autorité se dilue. Il devient une icône sans grande influence plusieurs années avant sa mort en 1969. Le général Giap perd son principal point d'appui.

    Entre Giap et Lê Duân, éternel secrétaire général du PC, le torchon brûle dès 1966, à telle enseigne que, quand les communistes attaquent une centaine de villes du Sud en 1968 – la fameuse offensive du Têt –, Giap a été envoyé enEurope de l'Est. Il ne sera rappelé au commandement en chef, avec tous pouvoirs, qu'en 1972 pour organiser avec succès la défense du Nord, notamment de Hanoï, contre les terribles bombardements aériens américains auxquels participent les B-52, forteresses volantes.

    La victoire de 1975 place Giap sur la touche, à l'exemple d'autres stratèges vietnamiens, jugés trop brillants et trop influents pour ne pas être dangereux. Ce fût notamment le cas, au début du XVe siècle, de Nguyên Trai, fin lettré et grand général, condamné à l'exil intérieur pour ne pas faire d'ombre à son empereur, Lê Loi.

    En 1976, année de la réunification officielle du Vietnam, Giap perd le commandement des forces armées. Quatre ans plus tard, le ministère de la défense lui est retiré. Lors du Ve Congrès du PC, en 1982, il n'est pas réélu au bureau politique. En public, Giap ne dit jamais rien et continue d'avoir recours à la langue de bois du communiste discipliné. On le montre aux anniversaires des victoires et ses propos sont censurés. Il lui arrive de passer des mois sans apparaître en public. La propagande officielle lui refuse même la reconnaissance du rôle décisif qu'il a joué dans la victoire de 1975, en transformant, de main de maître, le repli des troupes du Sud en débâcle.

    Ecouter le documentaire "Giap, un mythe vietnamien", diffusée dans l'émission Interception de France Inter en mars 2012.

    Quand Lê Duc Tho – l'un des ténors du noyau dur du PC et le vis-à-vis de Henry Kissinger lors des négociations de Paris – s'éteint en 1990, Giap tente dereprendre en mains le parti. Mais sa tentative, à l'époque de l'effondrement du Mur de Berlin, fait long feu. Au cours d'un débat à huis clos du Comité central du PC, un délégué lui arrache même des mains un micro, selon le général Pham Xuân Ân (1927-2006). En 1996, Giap est chassé du Comité central et perd, six mois plus tard, son portefeuille de vice-premier ministre en charge de superviser l'économie.

    RETOUR SUR LA SCÈNE POLITIQUE

    Puis, le temps fait son œuvre, de nouvelles générations de dirigeants se mettent en place, l'information circule plus librement avec le développement exponentiel de la Toile. Giap est toujours là. Il retrouve des coudées plus franches. Comme il a gardé toute sa tête, il en profite pour dire de temps à autre son mot. C'est le cas lorsqu'éclate, en 2009, la controverse sur l'exploitation par des Chinois des énormes gisements à ciel ouvert de bauxite sur les hauts plateaux du Sud.

    Les Français, puis les Soviétiques, avaient refusé de le faire, de peur de provoquerun désastre écologique. Giap écrit son hostilité à ce projet à deux reprises au bureau politique. Il connaît le dossier : il était encore ministre, en charge de l'économie, quand, au début des années 90, les experts soviétiques sont venus établir leur rapport. La campagne contre l'exploitation de la bauxite place le gouvernement sur la défensive et le contraint à des ambitions plus modestes.

    Devenu centenaire en 2011, très affaibli physiquement, souvent sous perfusion et hospitalisé, Giap ne s'est pratiquement plus manifesté. Entre-temps, comme tous les Vietnamiens qui ont mené une vie censée être exemplaire, Giap a commencé, de son vivant, à faire l'objet d'un culte. Il est en passe de devenir un génie tutélaire. Pour ne pas être de reste, le gouvernement a décidé, en 2012, de lui consacrer un musée.

    Hô Chi Minh a eu un réflexe de génie. Quand Giap est allé le rejoindre en juin 1940 dans le sud de la Chine, il n'était âgé que de 29 ans et n'avait aucune formation militaire. Comment le révolutionnaire déjà chevronné – l'oncle Hô avait alors la cinquantaine – a-t-il deviné que le jeune militant avait l'étoffe d'un grand capitaine ? Hô lui a confié la formation des forces d'autodéfense puis la fondation de l'armée populaire vietnamienne. Dès 1948, il en a fait un général de corps d'armée, rang que Giap occupait encore le jour de sa mort.

    Jean-Claude Pomonti

  • Imprimer Pin it!

    Le Manifeste des Sentinelles de l'agora pour la sauvegarde des armées

    eclair001.png

    Le général de corps d'armée (2S) Jean-Claude Thomann, fait circuler un petit texte depuis quelques jours.

    Il éxcrit: "Je vous adresse en pièce jointe le manifeste pour la sauvegarde des armées rédigé par le cercle de réflexion "les sentinelles", auquel j'appartiens, et qui regroupe de manière informelle des officiers généraux et supérieurs des trois armées. Destiné en priorité aux parlementaires et élus de toutes tendances, il a vocation à être largement diffusé et relayé par les associations de la communauté militaire, et, nous en formulons le vœu, les media."

    Le général dit être membre des sentinelles de l’agora. Il précise: "Ce club de réflexion regroupe des officiers supérieurs et généraux des trois armées, de sensibilités diverses, mais ayant de multiples expertises et membres de nombreuses associations et institutions de Défense."

    Et de conclure: "Ce manifeste se veut fondateur en ce qu'il marque le début d'une action citoyenne qui pourrait d'ailleurs à terme prendre d'autres formes plus concrètes si les responsables de notre République persistaient dans leurs errements dramatiques pour la sécurité à moyen et long terme de notre pays."

     

    MANIFESTE POUR LA SAUVEGARDE DE NOS ARMEES

    Le démantèlement de l’institution militaire arrive à son terme. Infiniment plus que l’actuelle disette budgétaire, la fin de la guerre froide, les impératifs de l’Etat-providence et la volonté des « post modernes » d’en finir avec le « fracas des armes » ont été les abrasifs les plus puissants pour réduire, en moins d’un demi-siècle, l’armée française à l’état d’échantillon. La force militaire est passée, dans le silence et la dénégation, du statut d’institution régalienne majeure à celui d’une société de services que l’on rétribue à la tâche.

    Le couronnement de cette efficace entreprise de démolition a été de placer la haute hiérarchie aux ordres d’une administration civile de défense qui prospère sans frein, au prétexte de recentrer les militaires sur leur cœur de métier. Le soldat, « ravalé à la fonction d’homme de peine de la République », est prié de verser son sang dans le silence et l’indifférence en se soumettant aux règles strictes d’un devoir d’Etat pourtant largement déserté par ceux censés le faire mettre en œuvre et le faire respecter.

    Ce désastre consommé ne peut plus être confiné sous l’éteignoir d’un « devoir de réserve de la grande muette », caution hypocrite et confortable à la disposition de tous les habiles pour esquiver dans le confort de la chose publique leurs responsabilités envers la Nation.

    Des fautes multiples : 
    C’est en effet une grande faute que de sacrifier le bras armé de la France au gré des idéologies de rencontre et de quelques embarras financiers.

    C’est une faute en regard du monde tel qu’il s’organise et dont chacun sait qu’il réservera de fâcheuses surprises. L'absence actuelle de menace militaire majeure n’est qu’un simple moment de l’Histoire. Son calme apparent ne doit pas masquer les reconfigurations géopolitiques qui marginaliseront, pire élimineront sans pitié les nations au moral défaillant.

    C’est une faute vis-à-vis de la sécurité des Français de faire ainsi disparaître un pilier majeur de la capacité de résilience du pays face à une éventuelle situation de chaos, dont nul ne peut préjuger le lieu, l’heure et la nature. Pour y faire face, seule une force armée peut et doit offrir les moyens suffisants, servis par des hommes et des femmes structurés par les valeurs puissantes du devoir et de l’obligation morale.

    C’est une faute d’éliminer l’une des institutions « fabriques de liens » dont la France a un urgent besoin face à l’action déterminée de forces centrifuges, dont elle est coutumière, et mises généralement au service d’intérêts particuliers et communautaristes.

    Il est donc plus que temps de rétablir la puissance et l’efficacité d’une institution d’Etat « pour le dedans comme pour le dehors » et de permettre à la France de se remettre à penser en termes de risques et de puissance stratégique. Elle en a les moyens. Elle doit le faire sans l’attendre d’une Europe, puissance inexistante, ou d’une soumission transatlantique délétère voire de plus en plus illusoire.

    Que rétablir et comment ? 
    Les voies et moyens pour rétablir une institution, désormais comateuse, sont nombreux et divers. Ils n’attendent qu’une impulsion réparatrice, après des décennies de mesures irresponsables. Ils ne pourront, cependant, faire l’économie d’un certain nombre de dispositions, dont l’abandon ou le travestissement ne sont plus acceptables.

    D’abord, un budget décent qui permette à nos soldats de disposer de l’entraînement et des équipements nécessaires, et au politique de s’engager sans le soutien déterminant des Etats-Unis, tout en évitant le stupide tout ou rien nucléaire.

    Ensuite, des hommes et des femmes en nombre suffisant. Rien d’efficace et de durable ne peut se faire sans des effectifs capables de marquer dans la durée, sur et hors du territoire national, la volonté et la détermination de la Nation.

    Avec, bien entendu, une organisation des forces parfaitement univoque, tout en faisant la répartition qui convient entre des professionnels en nombre suffisant et les citoyens en armes qui doivent impérativement revenir au centre de notre dispositif sécuritaire et identitaire.

    Enfin, une répartition équilibrée, entre l’exécutif et le Parlement, des responsabilités qu’autorise la Constitution, laissant au militaire le devoir d’exercer librement son conseil, tout en administrant et mettant en œuvre les forces autrement que par le canal malsain d’une administration de défense d’autant plus intrusive qu’elle se sait irresponsable.

    Autant de mesures indispensables qui seront déclinées, point par point, dans des documents à venir et dont les signataires du présent document demanderont, avec détermination et constance, la réalisation pour le bien public.

    Il est grand temps de rénover et de renouveler le contrat de confiance de la République avec ses soldats. S’il n’est pas trop tard, il devient urgent de lui redonner la vigueur indispensable sans qu’il soit besoin de recourir à des formes de représentation qui, bien qu’étrangères à notre culture militaire, pourraient s’avérer, un jour peut-être proche, le seul moyen pour nos soldats de se faire entendre.

    Le 30 septembre 2013 Les sentinelles de l’agora