Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Imprimer Pin it!

    Les Cent jours

    g6oWAAAAQAAJ.jpg

     

    Les cents jours, Volume 1

     Par Jean-Baptiste-Honoré-Raymond Capefigue 

    La meilleure chose pour l'Angleterre eût été le partage de la France; mais tandis que vous lui avez laissé tous les moyens de redevenir formidable, vous avez en même temps humilié la vanité de tous les Français et produit des sentiments d'irritation qui, s'ils ne peuvent pas s'exercer dans quelque contestation extérieure, produiront, tôt ou tard, une révolution ou la guerre civile. Au reste, ajouta-t-il, ce n'est point de la France que l'on me mande tout cela, car je n'ai de nouvelles que parles gazettes ou par les voyageurs. Mais je connais bien le caractère du Français : il n'est pas orgueilleux comme l'Anglais, mais il est beaucoup plus glorieux. La vanité est pour lui le principe de tout, et sa vanité le rend capable de tout entreprendre. Les soldats m'étaient naturellement attachés, j'étais leur camarade. J'avais eu des succès avec eux, et ils savaient que je les récompensais bien ; ils sentent aujourd'hui qu'ils ne sont plus rien. Il y a maintenant en France 700,000 hommes qui ont porté les armes ; et les dernières campagnes n'ont servi qu'à leur montrer combien ils sont supérieurs à leurs ennemis. Ils rendent justice à la valeur de vos troupes, mais ils méprisent tout le reste. »

    Napoléon s'adressait ici adroitement à la vanité anglaise. Le noble lord fit quelques observations sur l'agrandissement excessif du système militaire sous l'empire, et Napoléon se hâta de répondre : « La conscription produisait environ 300,000 hommes; je n'en prenais guère plus de la moitié. Aucune classe n'était exempte; les plus hautes trouvaient des remplaçants au prix de 4,000 francs. Les gens des classes inférieures sentiront maintenant que tous les soldats sortent de leurs rangs, sans avoir les mêmes chances d'avancement que sous moi. Au surplus, tout en ménageant le peuple, je favorisais aussi les jeunes gens des hautes classes qui voulaient servir; je sais qu'il est dur pour un gentilhomme d'être mis au lit avec un soldat, c'est pour cela que j'avais établi des corps d'élite, tels que les gardes d'honneur. J'ai toujours désiré de rétablir les familles nobles dans leur lustre primitif, et j'avais dans mon armée beaucoup de jeunes gens de l'ancien régime qui se sont bien conduits ; j'en avais aussi plusieurs attachés à ma cour; mais à cet égard j'étais obligé d'agir avec beaucoup de circonspection ; car, toutes les fois que je touchais cette corde, les esprits frémissaient comme un cheval à qui on serre trop les rênes, La France avait besoin d'une aristocratie ; il fallait, pour la constituer, du temps et des souvenirs qui se rattachassent à l'histoire. J'ai fait des princes, des ducs, je leur ai donné de grands biens; mais je ne pouvais en faire des gentilshommes, à cause de la bassesse de leur origine : pour remédier à cela je cherchais, autant que possible, à les allier par des mariages aux anciennes familles; et si les vingt ans que je demandais pour la grandeur de la France m'eussent été accordés, j'aurais fait beaucoup; malheureusement le sort en a disposé autrement. Le roi devrait suivre la même marche que moi, au lieu de tant favoriser ceux qui ont été, pendant vingt ans, enterrés dans les greniers de Londres. Je n'ignore pas qu'un roi peut avoir des amis comme un autre homme ; mais il faut agir selon les circonstances ; et après tout, Paris vaut bien une messe. En Angleterre, le prince peut suivre ses inclinations personnelles en nommant les officiers de sa cour, parce qu'il ne constitue qu'une partie du gouvernement. Il peut être malade, même un peu fou, et les affaires n'en vont pas moins leur train, puisqu'elles s'arrangent entre le ministère et le parlement. En France, le roi est la source de tout, et on attache la plus grande importance à ses plus petites actions. Il est comme dans un palais de cristal, et tous les yeux sont tournés vers lui. Je considère votre chambre des pairs comme le grand boulevard de l'Angleterre ; sa constitution serait bientôt culbutée s'il existait des éléments pour faire une autre chambre des pairs égale, sous tous les rapports, à la première. Mais, en France, je leur ferais quarante chambres des pairs aussi bien que celle qu'ils ont. Elles n'en seraient pas moins sans puissance. »

     

     

     

     

     

     

  • Imprimer Pin it!

    Bonne année !

    Bonne année !

    Si l'année 2015 est aussi libératrice que l'année 2014, on ne va pas s'arrêter de rigoler ! Et le diable marchera avec nous !

     

  • Imprimer Pin it!

    Quelle est l'armée la plus puissante du monde

     

    PAR CLAIRE GIOVANINETTI

    Source: http://kiosque.leditiondusoir.fr/data/381/reader/reader.html#preferred/1/package/381/pub/382/page/8

    ACTUALITÉ

    Le site américain Global Firepower a établi un classement de 106 armées dans le monde, selon un indice qui croise une cinquantaine de critères dont le budget de la Défense, les effectifs et les équipements, l’accès aux ressources naturelles, etc. Seul critère qui n’est pas pris en compte : la capacité nucléaire des pays. Qui sont les dix premiers du classement ? Quelles sont les dix armées les plus puissantes du monde ?

    1- Les États-Unis

     

    (Photo : US Army)

     

    Les États-Unis ont le plus important budget dévolu à la Défense : 612 milliards de dollars. Son aviation est la plus équipée au monde avec 13 683 appareils et 10 porte-avions (les autres pays cumulent, ensemble, 12 porte-avions…). En revanche, elle est en deuxième position en nombre de militaires, avec 1,4 million de soldats.

    2- La Russie

     

    Les militaires russes défilent sur la Place Rouge de Moscou le 9 mai 2014. (Photo : Sergei Karpukhin/Reuters)

     

    La Russie a presque triplé son budget Défense depuis 2008, il s’élève aujourd’hui à 76 milliards de dollars. L’armée russe compte 766 000 soldats mais une réserve de près de 2,5 millions d’hommes. Elle est dotée de la flotte de tanks la plus importante au monde avec 15 500 appareils (probablement un peu vieux), c’est presque deux fois plus que l’armée américaine. Le Global Firepower n’a pas retenu l’équipement nucléaire pour faire son classement, mais on peut quand même signaler que c’est l’armée russe qui possède le plus de têtes nucléaires : 8 484, contre 7 506 pour les États-Unis.

    3- La Chine

     

    Des soldats de l’Armée populaire de la libération, nom officiel de l’armée chinoise. (Photo : Joe Chan/Reuters)

     

    La Chine a l’armée la plus importante en nombre de soldats actifs : 2,285 millions d’effectifs. Son budget Défense est en constante augmentation depuis plusieurs années, il atteint officiellement 126 milliards, le 2e après les États-Unis. Avec 9 000 tanks, 2 700 avions et 69 sous-marins (les États-Unis en ont 72) l’armée chinoise est très bien dotée et n’a pas l’intention de s’arrêter là.

    4- L’Inde

     

    Le régiment d’infanterie légère Sikh de l’armée indienne. (Photo : DR)

     

    Le pays est en 3e position en nombre d’effectifs avec 1,325 million de soldats. Son budget ne cesse d’augmenter année après année, même si pour l’instant il s’élève à 46 milliards de dollars seulement. Mais l’Inde est le premier pays importateur de biens militaires.

    5- Le Royaume-Uni

     

    Les forces armées britanniques. (Photo : DR)

     

    Le pays a prévu de réduire la taille de son armée de 20 % entre 2010 et 2018 mais son budget s’élève encore à 54 milliards de dollars. Même si l’armée britannique fait pâle figure devant la Chine ou les États-Unis avec ses 205 000 hommes, elle peut compter sur des équipements de pointe. Notamment, son porte-avions HMS Queen Elizabeth, livré en 2020, qui renforcera considérablement les capacités de sa flotte.

    6- La France

     

    Un soldat français à Tombouctou au Mali. (Photo : Joe Penney/Reuters)

     

    La France a réduit de 10 % son budget Défense en 2013. Aujourd’hui, il est à 43 milliards de dollars, soit 1,9 % du PIB. Elle a malgré tout l’aviation la mieux dotée d’Europe avec 1 203 appareils.

    7- L’Allemagne

     

    Des soldats de la Bundeswehr, l’armée allemande, en entraînement avec des militaires américains. (Photo : Wikicommons)

     

    Après la Seconde Guerre mondiale, une majorité de la population allemande est devenue très pacifiste. Mais le budget Défense du pays reste le 8e plus important au monde, à 45 milliards de dollars. L’armée allemande dispose seulement de 183 000 soldats (145 000 réservistes), 710 avions, et 408 tanks. La déficience de ses équipements a souvent été critiquée, encore récemment. Le pays souhaite retrouver un certain rang au niveau international.

    8- La Turquie

     

    Des soldats turcs pendant un exercice de l’OTAN. (Photo : DR)

     

    Le budget militaire a augmenté de près de 10 % depuis 2013, atteignant 18 milliards de dollars, probablement en raison de la guerre en Syrie et des possibles conflits avec les séparatistes kurdes. Membre de l’Otan, l’armée turque participe à des opérations en Afghanistan et aux Balkans. Mais elle a aussi déployé de nombreux soldats au nord de Chypre, zone de tension avec la Grèce.

    9- La Corée du Sud

     

    Les soldats de l’armée sud-coréenne pratiquent les arts martiaux pendant une cérémonie. (Photo : Jung Yeon-Je/AFP)

     

    La Corée du Sud a augmenté son budget Défense en raison de l’augmentation de celui de la Chine et du Japon et de son inquiétude vis-à-vis de la Corée du Nord. Il atteint aujourd’hui 33 milliards de dollars, avec 640 000 soldats en activité et presque 3 millions de réservistes. Sa flotte aérienne est la 6e plus puissante au monde avec près de 1 400 avions.

    10- Le Japon

     

    Des soldats japonais en entraînement avec des soldats américains. (Photo : Phil Sussman)

     

    Le Japon dépense 49 milliards de dollars dans son armée. Un budget qui a augmenté en 2013 pour la première fois depuis 11 ans, en raison de fortes tensions avec la Chine. Malgré une clause dans sa constitution qui lui interdit d’avoir une armée offensive, le Japon a une armée plutôt bien équipée en effectifs (247 000 soldats actifs), et possède 1 595 avions, ce qui en fait la 5e puissance d’aviation au monde.

  • Imprimer Pin it!

    Ménard emmerde les gauchistes

     

     

    Robert Ménard, maire de Béziers soutenu par le FN, va rebaptiser la rue du 19 mars 1962, date des accords d’Évian, en rue du commandant Hélie Denoix de Saint-Marc, un militaire ayant participé au putsch des généraux, a-t-on appris jeudi auprès de la mairie. Le changement de nom de cette rue proche du quartier de la Devèze, celui où Robert Ménard, né à Oran, s’était installé avec ses parents à son arrivée à Béziers, sera présenté lors du prochain conseil municipal, le 11 décembre, a-t-on indiqué de mêmes sources. Né à Bordeaux en 1922 et mort à La Garde-Adhémar (Drôme) en 2013, le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc avait été résistant et déporté à Buchenwald.

    En avril 1961, il avait fait le choix de l’Algérie française et avait participé au putsch des généraux à la tête du 1er REP (régiment étranger de parachutistes). L’opération échouera et lui se constituera prisonnier. Il sera condamné à dix ans de réclusion et effectuera cinq ans de prison avant d’être gracié par le général de Gaulle. Réhabilité en 1978, il publie en 1995 une autobiographie Les Champs de braises, mémoires et devient un personnage public à travers des conférences. Il avait été élevé en novembre 2011 au rang de grand-croix de la Légion d’honneur par Nicolas Sarkozy.

  • Imprimer Pin it!

    Insolite. À Saint-Cyr, ils revisitent Austerlitz

     

    L'école militaire de Guer (Morbihan), a reproduit la bataille d'Austerlitz qui fête ses 209 ans dans une ambiance bon enfant.

     

    Pour le 209e anniversaire de la victoire de Napoléon à Austerlitz (le 2 décembre 1 805), les élèves de l'école militaire de Saint-Cyr Coëtquidan ont revisité la bataille, à leur façon. C'est une tradition chez les Saint-Cyriens. Chaque année, où qu'ils soient dans le monde, ils commémorent la plus belle victoire de l'Empereur qui a créé leur école.

    Avant 1956, Austerlitz était traditionnellement commémorée par une bataille de polochons. Depuis, les reproductions sont plus fantasques et potaches. Les plumes laissent place à la farine, aux oeufs, à la sauce tomate... Les élèvent s'amusent avec de nombreuses blagues et anachronismes. D'ailleurs, c'est en parachute que Napoléon Bonaparte est arrivé sur le champ de bataille. « C'est la tradition. Le but est de rendre l'événement plus joyeux », explique le lieutenant-colonel Kerneuzet.

    Les élèves ont donc symbolisé à leur sauce les restrictions budgétaires qui s'imposent à l'armée : une équipe cynophile a débarqué équipée de poules en laisse remplaçant les chiens renifleurs, tandis que des mini-hélicoptères télécommandés survolaient Saint-Cyr Coëtquidan.