Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Imprimer Pin it!

    Bicentenaire de l'Exil - 31 Juillet 1815 - Annonce officielle à Napoléon de sa déportation à Sainte-Hélène:

     

    11825167_835503193231218_7118772171414208750_n.jpg

    Bicentenaire de l'Exil - 31 Juillet 1815 - Annonce officielle à Napoléon de sa déportation à Sainte-Hélène:
    ... vers 10 heures 30 du matin, lord Keith, accompagné de Sir Henry Bunbury, sous-secrétaire d'Etat à la Guerre, monte à bord du "Bellerophon" et demande à être reçu par celui auquel les Anglais refusent le titre d'Empereur et qu'ils ne désigneront plus désormais que sous le qualificatif de "général Bonaparte". Sans préambule, l'amiral, dont le général Bertrand, Grand-maréchal du Palais, qui se tient auprès de Napoléon, traduit les paroles, fait part à son interlocuteur la décision prise par le gouvernement de Londres de le déporter dans l'île de Sainte-Hélène afin, précise-t-il, "de ne pas lui laisser la possibilité de troubler à nouveau la paix de l'Europe". Il ajoute que le général pourra se faire accompagner par trois des officiers français ayant pris place à ses côtés à bord du "Bellerophon", un chirurgien et dix domestiques. Il termine en précisant que le départ aura lieu dans quelques jours.

    Lord Keith, à la demande des Français, apporte alors quelques précisions sur les conditions dans lesquelles devra s'opérer le transport des proscrits dans le lieu de leur future résidence. Le "Bellerophon" ne se trouvant pas en état d'accomplir un tel voyage, les Français prendront place à bord du "Northumberland", navire de ligne armé de 78 canons, présentement en rade de Portsmouth où il subit quelques réparations et aménagements au retour d'une longue campagne aux Indes. Le contre-amiral sir George Cockburn, nommé pour la circonstance commandant en chef du Cap de Bonne-Espérance et des mers adjacentes, chargé en outre d'assurer à titre provisoire des fonctions de gouverneur de Sainte-Hélène, prendra le commandement de l'expédition.
    Napoléon s'indigne, se retranche derrière son bon droit, rappelle qu'il est monté à bord du "Bellerophon" de son plein gré, qu'il est l'hôte et non le prisonnier de l'Angleterre, que cette nation va se couvrir d'opprobre si elle exécute une telle mesure prise à son encontre et en violation de ses propres lois. Les deux Anglais demeurent de marbre. Lorsque Napoléon se tait enfin, ils se contentent de répondre qu'ils transmettront cette protestation au Prince-Régent et insistent pour que "le général" leur fasse connaître dans les meilleurs délais les noms de ses futurs compagnons d'exil.
    Source: http://www.napoleon.org/fr/salle_lecture/articles/files/embarquement_Napoleon_pour_Sainte-Helene.asp

    Photo: dessin de Napoléon à bord du Bellérophon par le Lieut-General Sir Henry Edward Bunbury - 1815

  • Imprimer Pin it!

    CES HOMMES ONT COMBATTU À CÔTÉ DE NAPOLÉON

    LES SOLDATS DE WATERLOO

    Le-mamelouk.-Monsieur-Ducel-faisait-parti-de-l-unite-de-cavalerie-de-l-Empereur.-Il-porte-une-beniche-chemise-un-yalek-gilet-sans-manche-un.jpg

    Le mamelouk. Monsieur Ducel faisait partie de l'unité de cavalerie de l'Empereur. Il porte une béniche (chemise), un yalek (gilet sans manche), un...

    Il aura fallu attendre 147 ans pour découvrir ce trésor. Des photos exceptionnelles de soldats français, qui ont combattu au côté de Napoléon Bonaparte à la bataille de Waterloo, ont été dévoilées par l’Université Brown de Providence à Rhode Island (Etats-Unis). Si on ne connaît pas l’identité du photographe qui a effectué la séance photo, on sait que l'avant-dernière propriétaire des clichés était la collectionneuse Anne S.K Brown (1906-1985), qui les a ensuite confiés à l’Université.

    Bien que les informations, annotées au dos des clichés, soient parcellaires, on peut deviner à peu près leur âge. Les survivants de la Grande Armée, âgés de 20 à 30 ans pendant la bataille, avaient pris l’habitude de se retrouver sur la place Vendôme chaque 5 mai, la date anniversaire de la mort de Napoléon Bonaparte. En uniforme d'époque et équipés de leurs armes, ils rendaient hommage à la mémoire de l’Empereur. Sur les clichés, on peut remarquer qu’ils portaient tous la médaille de Sainte Hélène, décernée par Napoléon III en août 1857, qui récompensait les soldats ayant combattu sous les couleurs tricolores, de 1792 à 1815. C’est pourquoi on suppose que ces fiers grognards ont été photographiés lors de la commémoration du 5 mai 1858.

    Quatre décennies après la bataille, les hommes ont du faire retoucher leur uniforme d’époque pour se glisser à nouveau dedans, car ils n’arboraient pas la même silhouette qu’à leur 20 ans. Avec une émotion perceptible, ils affrontaient l’appareil photo de l’artiste dans des postures militaires, laissant apparaître certaines balafres sur leurs visages fatigués.

     

    © Anne S.K Brown/Military collection/Brown University Library

  • Imprimer Pin it!

    La médaille de Sainte Hélène

    al1napo5.jpg

    La médaille de Sainte Hélène, créée par Napoléon III, qui récompense les 405000 soldats encore vivants en 1857 ayant combattu aux côtés de Napoléon 1er pendant les guerres de 1792-1815.

    Photo de Île de Sainte Hélène - Atlantique Sud.
    Photo de Île de Sainte Hélène - Atlantique Sud.
    Photo de Île de Sainte Hélène - Atlantique Sud.
    Photo de Île de Sainte Hélène - Atlantique Sud.
  • Imprimer Pin it!

    Album photos du 14 juillet 2015

    129 élèves venus du camp de Coëtquidan (Morbihan), de l’Ecole spéciale militaire de Saint Cyr. 

    11540918_869531699749065_2197740249662317768_n.jpg

    Ecole navale et groupe des écoles du Poulmic.

    11139352_869532059749029_6557822705751718506_n.jpg

     Elèves de l’Ecole des officiers de la gendarmerie nationale. L’EOGN est implanté à Melun

    11700824_869531599749075_8510810511213546609_n.jpg

    Les forces armées mexicaines sont pour la première fois mis à l’honneur lors d’un défilé du 14 juillet. Un fauconnier porte un aigle royal, dans la grande tradition de la fauconnerie mexicaine.

    11755783_869531603082408_4315025300415840293_n.jpg

    Le 1er Régiment de Hussards parachutistes, crée en 1720, est installé à Tarbes (Hautes-Pyrénées) depuis 1963.

    11753708_869531966415705_4691168962207557192_n.jpg

    Les VBCI du 1er Régiment de tirailleurs.

    11709737_869531883082380_1442418133694177178_n.jpg

    Les troupes motorisées s’élancent à leur tour. Ici, le module artillerie (1er RA - 40e RA - 61e RA)

    11753708_869532206415681_9175423576588631533_n.jpg

    La légion étrangère était présente avec les pionniers du 1er Régiment étranger, la musique de la Légion étrangère, et le 3e Régiment étranger d’infanterie.

    11700905_869532113082357_8390535234180450696_n.jpg

     Cadres et matelots du Porte-avions Charles de Gaulle, défilé en particulier pour son implication dans l’opération Chammal.

    11696010_869531609749074_2879374990861291079_n.jpg

     

     

    17e Régiment du génie parachutiste, de Montauban, mené par le chef de corps.

    11695819_869531809749054_4383299280232009445_n.jpg

     

    27e Bataillon de chasseurs alpins, spécialisé dans le combat en montagne.

    11226548_869531813082387_5271433911923972178_n.jpg