Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Imprimer Pin it!

    "Les citoyens et en particulier les chrétiens doivent maintenant se rassembler" Général Antoine Martinez

     

    téléchargement (1).jpgNotre ennemi vient à nouveau de frapper la France. Après le carnage de Nice, le jour de la fête nationale, c'est à présent une église qui a vécu la barbarie islamique au moment même du déroulement d'une messe qui rassemble les fidèles pour célébrer le sacrifice de l'eucharistie, point culminant de la liturgie chrétienne instaurée par Jésus-Christ lors de la Cène, la veille de sa passion.

    En assassinant un prêtre catholique et en blessant gravement des fidèles dans une église, c'est l'âme même de la France, fille aînée de l’Église, son Histoire, sa culture qui sont lâchement attaquées. Le symbole est fort et le choix des islamistes n'est pas anodin. Nos pensées les plus émues et notre compassion vont naturellement à l’Église de France cruellement éprouvée.

    Cependant, devant le déni de réalité, devant le refus criminel de nos gouvernants de tirer les conséquences des enseignements de la menace sans cesse grandissante qui met en danger la vie des Français, devant le refus d'admettre l'évidence, les citoyens et en particulier les chrétiens doivent maintenant se rassembler. Ils le doivent non plus pour déposer des fleurs et des bougies – ou pour tendre l'autre joue – mais pour faire pression par tous les moyens sur nos gouvernants pour contraindre ces derniers à un peu plus de lucidité et à prendre enfin la mesure de l'enjeu en vue de définir une stratégie adaptée à l'ennemi à détruire et d'appliquer les actions impitoyables qui en découlent.

    Ce réveil et cette réaction sont d'autant plus nécessaires que les dernières déclarations du Président de la République (Daesch, menace terroriste, le gouvernement fait preuve de détermination, pas de polémique, pas d'amalgame, l'unité est notre force) confirment son incapacité à rassembler et à décider alors que c'est la guerre sur notre territoire. Et affirmer que rien ne sera modifié dans la lutte contre le terrorisme islamique n'est pas digne de sa fonction. Son manque de volonté et de détermination loin de créer l'unité est en train de diviser les Français et de provoquer non seulement l'exaspération des citoyens mais la radicalisation des esprits qui pourrait déboucher sur des réactions violentes. Que fera-t-il lorsqu'un prochain attentat de masse fera des centaines de morts ?

    Il est par ailleurs effarant et scandaleux d'entendre sur les plateaux de télévision certaines analyses et notamment le vice-président du CFCM affirmer, sans être le moins du monde contredit par les autres interlocuteurs et par le journaliste, que islam veut dire paix. Non, islam ne veut pas dire paix, il veut dire soumission. Celle que l'islam veut imposer au monde. C'est la taqiya dans toute sa splendeur étalée sur les plateaux de télévision et avalée sans réaction de la part de médias incultes et déjà soumis.

    Cela dit, la situation d'aujourd'hui est la conséquence de quarante ans de lâcheté de la classe politique avec l'implantation progressive d'une multitude de « Molenbeek » dans notre pays. Ce sont ces territoires perdus de la République vidés de ses autochtones et dont le Premier ministre a osé expliquer l'existence par un certain apartheid ! Le résultat obtenu aujourd'hui c'est la radicalisation d'habitants du territoire français sous l'emprise continue d'imams dégénérés qui n'auraient jamais dû pouvoir prêcher sur notre territoire. Cela veut dire que des dizaines, ou plutôt des centaines de milliers d'habitants de notre pays sont aujourd'hui radicalisés et n'ont pas l'intention de s'intégrer à la communauté nationale, bien au contraire puisqu'ils ont été « éduqués » dans la haine de la France et des Français. C'est bien les versets du Coran – qui régit l'islam – qui appellent au meurtre des infidèles. C'est bien les versets du Coran qui institutionnalisent l'infériorité des femmes. La racine du mal est là. Le Coran, cette « constitution politico-religieuse », est incompatible avec la Constitution française. L'islam est donc incompatible avec la démocratie et il faut le stopper. Car comment ceux qui nous gouvernent peuvent-ils ne pas comprendre qu'on ne peut pas « vivre ensemble » avec qui vous veut du mal, avec qui veut votre mort et qu'il faut donc agir devant l'évidence ?

    Il va donc falloir à présent entrer en résistance – une résistance active car résister c'est se défendre et s'opposer par la force – pour engager la bataille culturelle, civilisationnelle et identitaire car le sujet n'est pas seulement sécuritaire, il est avant tout identitaire. Et le destin d'une nation dépend de la volonté de ses membres. Quarante années ont suffi pour rendre la France méconnaissable. Il nous faut maintenant inverser le cours funeste des choses. Cela prendra du temps, mais il n'y a plus de temps à perdre pour assurer, en toute légalité, la protection et l'avenir de la Nation en appliquant des mesures visant à désislamiser la société, en particulier en stoppant l'immigration issue de pays musulmans, en supprimant le regroupement familial, en réformant les conditions d'acquisition de la nationalité française et en supprimant la double nationalité pour les non-européens, en fermant définitivement toutes les mosquées salafistes, en renvoyant dans leur pays d'origine tous ceux qui rejettent nos lois, nos traditions et notre mode de vie. Respecter l'état de droit c'est avant tout appliquer la loi, ce que ne font pas nos gouvernants.

    Il revient donc aux citoyens animés par l'amour de la France, aux patriotes attachés à la préservation de leur héritage spirituel et culturel, aux Français qui souhaitent vivre en paix mais qui ne peuvent plus accepter l'intolérable et qui refusent de se soumettre aux volontés de notre ennemi et qui n'acceptent plus l'absence de volonté et de détermination de nos gouvernants pour détruire ce dernier, de décider de se rassembler pour entrer en résistance.

    Antoine MARTINEZ
    Général (2S)

    Coprésident des Volontaires Pour la France

  • Imprimer Pin it!

    Attaque à Nice: Le vice-président de la conférence des imams réclame «un islam européen»

    648x415_imam-hocine-drouiche-15-novembre-2015.jpg


    L'islam en Europe en 2009 était évalué à 18 millions de personnes : France (5,5 millions), Allemagne (3,3 millions), Royaume Uni (2 millions), Bulgarie, Espagne, Italie, Pays bas (1 million chacun), Suède (500 000) , Belgique (400 000) Autriche et Danemark (350 000 chacun), Grèce (160 000), Chypre (150 000) , Roumanie (70 000), Slovénie et Portugal (50 000 Chacun), en Russie plus de 30 millions. Ces populations sont difficiles à intégrer par les populations autochtones, dues à une Religion qui est opposée à la civilisation Européenne et Chrétienne. Au sein même des démocraties occidentales les religieux imposent leur leadership et restructurent leur communauté avec la multiplication des cultes musulmans. Ce phénomène amène à l'échec des politiques d'assimilation. C'est pourquoi pour Christopher Caldwel, il ne fait pas de doute que la progression exponentielle de l'immigration musulmane dans le continent est entrain de bouleverser les fondements de la civilisation Européenne. Cette révolution, telle que la voit se dérouler le journaliste Américain, est le résultat, à la fois, de la loi du nombre, et de l'incompatibilité de l'Islam avec les valeurs occidentales. Dans le contexte des sociétés européennes vieillissantes l'afflux permanent des Musulmans change les populations. Cadwell note, les Musulmans sont en position de dominer certaines villes européennes de la plus grande importance.

    Il y a incompatibilité intellectuelle de l'Islam avec la modernité occidentale, Jean-Paul Charnay un islamologue Français arabisant de haute renommée, à écrit un ouvrage essentiel pour la compréhension de l'antinomie en cause, en Islam le Coran est souverain, l'Islam n'est pas seulement une théocratie, mais une logocratie, c'est à dire un monde où tout dépend, à la lettre du livre sacré. ' Le Coran est intouchable et inabrogeable' précise t-il. Il ne fait pas la distinction entre la politique et le sacré, et nul gouvernement Musulman n'est prêt à en assumer la séparation. Pour que cela arrive, il faudrait selon Charnay qui n'y croit pas, un schisme au sein de l'Islam. Les échecs du socialiste arabe, de Nasser et du parti Baath sont significatifs de cette utopie. Cette incompatibilité pose le problème de la loyauté ou la double loyauté (religieuse et nationale) des Musulmans d'Europe, sachant que la stratégie coranique préconise le double langage et la dissimilation (règles de la takyya définies dans le Coran et les Hadiths) quand il s'agit pour un musulman de défendre ou de conserver sa foi et ses rites dans un univers hostile ou simplement étranger, tel celui qui n'applique pas la loi coranique. Jusqu'ou vont dans ces conditions , leurs attachements citoyens envers les démocraties qui les accueillent ?

    Cadwell, quand à lui, accumule dans son enquête les indices et les signes d'une méfiance mutuelle entre musulmans et autochtones. Cela à conduit à étudier et à expliciter le fondement idéologique et le caractère illusoire d'une théorie de la diversité qui conduit au final, à la décohésion politique et social. Enfin Charnay voyait dans la Charia la "matrice identitaire" des Musulmans, d'où découlaient deux conséquence ; d'une part, leur capacité à se rassembler, au delà de leurs différences ethniques, contre l'Occident; d'autre part la supériorité du droit islamique et son rejet de la notion d'une dignité universelle de la personne humaine génératrice de droits individuels. Dès lors , faute du schisme impossible auquel pensait l'anthropologue Français ou faute de la laïcisation des Musulmans , volontaire ou pas, on est en droit de craindre que l'immigration musulmane , qui contient un nombre grandissant de communautés intégristes, va poser des difficultés de plus en plus graves aux états d'Europe.

    Si l'on ne peut rien préjuger de l'issue ce qui sera, une phase cruciale dans l'histoire de l'Europe, il est clair que ses premiers symptômes sont à l'origine d'une forte poussée de l'opinion xénophobe en Europe.

  • Imprimer Pin it!

    "Ancien militaire réserviste, je ne comprends pas pourquoi je ne suis pas rappelé"

    J'ai 72 ans. Je suis officier de réserve (capitaine). J'ai proposé mes services. J'ai été (poliment) éconduit. C'est de la discrimination lié à l'âge ou la mise à l'écart d'un militant breton.? Tous ceux qui sont dans mon cas apprécieront. Les autres, ces Bretons (ou assimilés) qui crachent sur l'armée et rejettent les "fanas mili" comme moi se réjouiront de voir encore les forces vives de la nation bretonne en échec.

    Claude Guillemain

    Bernard Cazeneuve a appelé "tous les Français patriotes qui le souhaitent" à rejoindre la réserve opérationnelle.
     
     
     

    Le gouvernement a lancé un appel aux citoyens à rejoindre la réserve opérationnelle après l'attentat de Nice. Mais pour Sébastien, un ancien militaire, les autorités devraient plutôt mobiliser des forces déjà formées comme lui, qui n'a pourtant pas été rappelé.

  • Imprimer Pin it!

    Fin d'un "mythe glorieux"