Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Imprimer Pin it!

Jihad al-nikah

 

Un rapport du Centre de Recherche Pew, publié en 2013, intitulé « Les musulmans dans le monde, Religion, Politique et Société », examinait les attitudes et les opinions des musulmans dans le monde à propos de la religion et de son impact sur la politique, l'éthique et la science.

Un échantillon de mille quatre cent cinquante musulmans dans les vingt-quatre gouvernorats de Tunisie ont été interrogés entre novembre et décembre 2011. D'après cette étude, 50% des Tunisiens considèrent qu'ils vivent un conflit entre leur religion et le monde moderne.Selon le rapport, 32% des Tunisiens considèrent que le divorce est immoral – le taux le plus élevé dans le monde arabe et musulman -, comparé à 8% en Égypte, 6% au Liban et 3% en Jordanie. Bien que 46% des sondés ont répondu que la religion est compatible avec le monde moderne, l'étude indiquait que la population tunisienne a tendance à préconiser le choix individuel pour le port du niqab (voile intégral), 89% sont en faveur de ce choix.

De même, basé sur un rapport des Nations Unies et une recherche de la Fondation Quillam en 2014, les terroristes tunisiens représentent le nombre le plus élevé (3,800) de terroristes étrangers en Syrie et en Irak. Les autorités syriennes ont également confirmé que le nombre de terroristes tunisiens est de plus de dix-mille, sur un total de quarante-trois mille terroristes sur le territoire syrien.

Quelles sont les raisons principales du taux élevé de terrorisme de la Tunisie ?

En règle générale les religions sont à double tranchant : elles contribuent à résoudre maint problème social et aident à établir la sécurité grâce aux lois et à l'éthique qu'elles imposent. On espère que la majorité des gens ne commettront pas de crimes parce qu'ils craignent Dieu et ses châtiments. La religion peut aussi représenter une sécurité et une stabilité psychologiques pour ceux qui ont besoin d'être rassurés en croyant qu'une force de bien infinie les protège.

D'autre part, nombreux sont ceux qui ont mal interprété la religion – parfois délibérément ou pas – créant souvent des conflits entre les différentes ethnies et religions, comme celui entre juifs et musulmans. La religion, a donc été utilisée pour inciter à la violence, la haine, la guerre, exactement comme le fait l'État islamique, groupe salafiste djihadiste qui recrute de plus en plus de soldats partout dans le monde.

La majorité des djihadistes sont endoctrinés dès la plus tendre enfance par les programmes de télévision. Par exemple, Spacetoon, un programme arabe pour enfants, a créé un personnage de fiction féminin du nom de Fulla. Dans ce programme on montre généralement Fulla comme étant une personne pieuse, qui prie et porte un hijab. Une image qui influence beaucoup d'enfants. Y. une adolescente de quinze ans explique :

« Quand j'étais plus jeune, environ sept ou huit ans, je regardais souvent Fulla et je demandais à ma mère de porter le hijab comme elle parce que je pensais que c'est comme ça qu'une femme est censée s'habiller et j'ai aussi essayé de le porter plusieurs fois et j'ai demandé à ma mère de me laisser le porter. »

Les jardins d'enfants jouent aussi un rôle majeur dans ce qui influence les enfants.

« Au jardin d'enfants les professeurs nous racontaient comment on serait puni après la mort, comment on allait brûler en enfer si on se conduisait mal. J'avais si peur en entendant ces histoires que j'imaginais des scènes terribles dans ma tête » dit T., un garçon de quinze ans.

Les écoles en Tunisie enseignent l'éducation religieuse, enseignement obligatoire, à partir de la première année pour aider les enfants à découvrir et comprendre les bases de leur religion.

« Je trichais pendant les examens d'éducation religieuse qu'on passe à la fin de chaque trimestre » dit E., adolescente de quinze ans :

« Je ne le faisais pas parce que j'étais paresseuse mais parce que nous n'avions qu'une heure par trimestre pour étudier la théologie en classe avec un professeur qui nous donnait à apprendre une longue surat (section du Coran) et des ahadith, citations du prophète. On ne comprenait rien en classe, certains d'entre nous l'apprenaient tout simplement par cœur sans en comprendre le sens. D'autres trichaient parce qu'ils ne pouvaient pas apprendre quelque chose qu'ils ne comprenaient pas. Le problème est que l'école ne nous donnait pas l'occasion de découvrir d'autres religions, étant donné que les juifs et les chrétiens sont considérés par la plupart des musulmans comme des kuffar (infidèles). »

Reçue en héritage, cette culture de haine envers les autres religions, a donné une façon de penser extrémiste et un sentiment de supériorité.

« Je hais les chrétiens et les juifs. Je ne sais pas pourquoi. Il n'y a aucune raison apparente pour que je les haïsse mais j'entends toujours ma mère en dire du mal. Elle les hait aussi et je crois que c'est pour ça que je les hais. Maman m'a toujours dit que les musulmans sont le peuple préféré d'Allah. » dit F., une adolescente de quinze ans.

« Après l'attentat de Nice des amis sur les réseaux sociaux ont exprimé leur désapprobation vis-à-vis de ceux qui sympathisaient avec les victimes. Ils disaient que les non-musulmans méritent la mort, que nous ne devons pas avoir la moindre pitié d'eux. Ils iront brûler en enfer, de toute façon, » dit M. un adolescent de seize ans.

Cette façon extrémiste de penser est confortée par le fait que 80% des Tunisiens ne lisent pas de livres selon une étude réalisée en mars 2015. Ceux qui ne lisent pas vivent dans un vide émotionnel : ils ont tendance à avoir peur de ce qu'ils ne connaissent pas et cette peur peut devenir de la méfiance, de l'agression et de la haine. Ces personnes ont besoin de remplir le vide, de se débarrasser de leur malaise et ils se tournent donc vers le terrorisme pour créer un but dans leur vie : défendre l'islam.

« Je connais ce garçon tunisien qui vit en Arabie saoudite avec ses parents et vient passer les vacances en Tunisie dans mon quartier » dit R. une adolescente de quatorze ans.

« C'était un adolescent normal de quinze ans, il avait l'habitude de jouer au football avec mon frère et ses amis. Récemment ils ont tous remarqué qu'il s'isolait et commençait à lire des livres sur la foi et l'islam. Un jour il est allé voir mon frère et ses amis et leur a dit d'arrêter de jouer au football. C'était haram(interdit). Peu après on l'a vu dans le quartier marcher dans l'obscurité et lire le Coran. »

Comme la plupart des Tunisiens ne lisent pas, ils regardent beaucoup la télévision . « Hareem Al Sultan » (le Harem du Sultan), une série télévisée turque est populaire en Tunisie. Cette série montre comment de belles concubines tentent de séduire le Sultan en dansant, en chantant et en étant obéissantes et soumises. Tout ceci peut encourager les jeunes filles à rejoindre le jihad al-nikah ('djihad sexuel'), dans le cadre duquel les jeunes filles offrent des rapports sexuels à des djihadistes.

« Après avoir vu 'Le Harem du Sultan' je voulais être l'une des concubines du Sultan, vivre à l'époque de l'Empire ottoman. Je voulais être comme elles » dit S. une adolescente de quatorze ans.

 

« Le Harem du Sultan », une série télévisée turque populaire en Tunisie montre de belles concubines qui tentent de séduire le Sultan en dansant, en chantant et en étant obéissantes et soumises. Tout ceci peut encourager les jeunes filles à rejoindre le «djihad sexuel » dans le cadre duquel les jeunes filles offrent des rapports sexuels à des djihadistes.

 

Tous ces facteurs contribuent indirectement à créer une façon de penser extrémiste et terroriste. Nous pensons toujours que c'est en Irak ou en Syrie qu'on devrait combattre le terrorisme. Mais les champs de bataille sont dans les écoles, les foyers, à la télévision et dans les médias sociaux. C'est là que nous devons combattre les idéologies extrémistes et la haine raciale et religieuse. C'est de là que partent tous les terroristes.

Tharwa Boulifi, quinze ans, vit en Tunisie.

Les commentaires sont fermés.