Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Imprimer Pin it!

Gilles Kepel : « les musulmans de la 3e génération pourraient entraîner le continent dans une effroyable guerre civile »

a-storm-is-coming.jpg

Le politologue français spécialiste de l’islam et du monde arabe contemporain, Gilles Kepel, lance un cri d’alarme à l’Europe : les jeunes musulmans de la troisième génération se radicalisent et pourraient entraîner le continent dans une effroyable guerre civile.

Il n’a pas tort, le professeur Kepel. La situation est grave et quasiment désespérée, mais sa volonté de préserver l’idéologie islamique en chargeant le wahhabisme et le salafisme de tous les maux intrinsèques à l’islam, et les solutions qu’il propose pour enrayer le danger, laissent un goût amer de capitulation.

Selon Gille Kepel, « radicalisés » signifie être musulman wahhabite ou salafiste, mauvais musulman, opposés dans son monde imaginaire aux bons musulmans traditionnels, parfaitement inoffensifs — alors que c’est exactement l’inverse : le musulman intégré est un mauvais musulman devant l’islam.

Professeur à Sciences Po, ce qui explique sa vision angélique, Gilles Kepel affirme que la vague actuelle de terrorisme islamique en Europe n’est pas tellement une guerre de l’islam contre la civilisation occidentale, mais une guerre au sein de l’islam. Ben voyons.

C’est la pensée classique de Gilles Kepel à laquelle adhèrent de nombreuses personnes.

Le résultat est l’émergence de toute une génération de musulmans adhérant aux mouvements wahhabites et salafistes, qui veulent non seulement dominer l’Europe, mais également éliminer toute opposition islamique modérée.

De quelle manière cette « opposition islamique modérée » se différencie-t-elle des wahhabites et des salafistes ?

L’islam normatif ne distingue-t-il pas, sans concession aucune, les musulmans des non-musulmans ? Et dans les Etats islamiques, les non-musulmans ne doivent-ils pas soit se convertir à l’islam, soit se soumettre et payer la jizyia ou être tués ?

Mais non : Kepel qui devrait être mieux informé, attribue aux seuls salafistes les doctrines pourtant intrinsèques à l’islam.

Les « musulmans ordinaires » ne rêvent-ils pas aussi de dominer non seulement l’Europe, mais aussi tout le monde non musulman, afin que cette planète étourdie et impure soit islamisée et soumise à la charia, la loi d’Allah ?

la-nationalite-musulmane

La génération jihad

Plus il y aura de musulmans en Europe, plus il y aura d’attentats

Selon Kepel, le nombre sans cesse croissant de musulmans formant ce qu’il appelle « la génération jihad » continuera probablement à commettre des actes de terrorisme dans les villes européennes. Ce n’est pas une probabilité, mais une certitude, Kepel.

Qualifier les jeunes musulmans de « génération jihad » implique de manière fallacieuse que le jihad n’est pas un devoir permanent et central de l’islam. Et l’expert en islam doit bien le savoir, sinon, qu’il devienne expert en apiculture.

Sa prédiction, selon laquelle les jeunes de cette génération continueront probablement à commettre des actes terroristes, impressionne à peine. Pourquoi diable ne continueraient-ils pas à répandre la terreur, puisque que le coran, « verbe incréé d’Allah, transmis à Mahomet et donc immuable » leur ordonne de le faire ?

Et ils ne commettront pas ces actes terroristes parce qu’ils sont devenus salafistes ou wahhabites, mais tout simplement parce qu’ils sont musulmans. Et plus il y aura de musulmans en Europe, plus il y aura d’attentats, c’est mécanique.


Lire la suite sur http://www.dreuz.info

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Les commentaires sont fermés.