Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Imprimer Pin it!

Le général Bosser donne les raisons du choix en faveur du fusil HK-416 pour remplacer le FAMAS

 

 

hk416-20160912

L’an passé, le général Jean-Pierre Bosser, le chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT), avait dit qu’il voulait avoir son mot à dire sur l’arme individuelle future (AIF), c’est à dire fusil d’assaut devant remplacer le FAMAS. Et cela afin de « ne pas imposer à nos soldats une arme dont je ne veux pas. »

Un an plus tard, et même si un concurrent malheureux de l’appel d’offres lancé par la Direction générale de l’armement (DGA), en l’occurrence FN Herstal, a déposé un recours devant la Conseil d’État, le ministère de la Défense a annoncé que le successeur du FAMAS serait le fusil d’assaut allemand HK-416 de l’industriel allemand Heckler&Koch.

Lors de sa dernière audition devant les députés de la commission de la Défense, le CEMAT a justifié le choix du HK-416 (signe qu’il a eu effectivement son mot à dire). Tout d’abord, il a donné un chiffre qui fera réagir : « remplacer 6 chargeurs de FAMAS, c’est le même prix qu’un HK-416″… Mais là n’est évidemment la raison du choix en faveur du fusil allemand.

S’il a été choisi, a fait valoir le général Bosser, c’est tout simplement parce qu’il « était le meilleur sur le marché ». En outre, le HK-416 « représente à nouveau un gain en termes de sécurité » par rapport à celui obtenu par le FAMAS « sur le pistolet-mitrailleur et le FSA (fusil semi-automatique de 7,5 mm) ».

En outre, a poursuivi le CEMAT, les « munitions du FAMAS étaient particulières », d’abord « fabriquées en France avec un métal de qualité spéciale pour l’étui. » Mais « dès que l’on a dû s’approvisionner à l’étranger avec des munitions standards, on a commencé à avoir des problèmes. » Ce qui ne sera plus le cas avec le HK-416, étant donné que sa « compatibilité sera totale avec les munitions de l’OTAN. » Et d’insister : « N’importe où dans le monde, on pourra prendre de la 5,56 mm et tirer avec ce fusil. »

« On pourra aussi tirer des grenades à fusil, en tir tendu, et des grenades de 40 mm. Et au lieu d’avoir, comme aujourd’hui, six chargeurs à 25 cartouches, on en aura dix à 30 cartouches, ce qui va accroître l’autonomie de nos soldats », a encore fait valoir le CEMAT, qui a souligné ce qui lui apparaissait le plus important au moment du choix : le fait que le HK-146 est « un fusil avec une crosse réglable télescopique, avec un bipied, une sangle adaptée, avec des rails qui permettent d’installer toutes les aides de visée dont nous avons besoin. »

Enfin, le général Bosser n’a pas manqué de relever que l’acier du canon du HK-416 « sera fabriqué en France, et que cela représente 30 % du coût de l’arme », ce qui n’est pas négligeable.

 

Les commentaires sont fermés.