Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Imprimer Pin it!

    François Hollande, officier de réserve

     

    5145494-quand-hollande-etait-bidasse.jpg

    François Hollande, a fait son service militaire en 1977. Tout d’abord exempté pour myopie lors de ses « 3 jours », il fit appel de cette décision afin de repasser la visite médicale lorsqu'il intègre l'ENA.
    Déclaré apte, il suivit le peloton d'élèves officiers de réserve à Coëtquidan, avant de faire ses classes à l'École d'application du génie d'Angers. Aspirant, il fut ensuite affecté au 71e régiment du génie d'Oissel (Seine-Maritime) où il effectua son service militaire.


    Heureux de cette période Extrait d’une interview avec JeanJacques Bourdin sur BFM en avril dernier:
    « Je rentrais dans l’administration, je devenais fonctionnaire, j’allais être membre de la haute fonction publique. J’avais un devoir de faire en sorte que, si je pouvais physiquement faire mon service national, je l’effectue. Alors quand j’ai été voir, pour tout vous dire, le général ou le colonel, pour demander cette dérogation, il m’a dit :

    - Mais écoutez, profitez de votre chance. Vous allez gagner un an dans la vie. Vous allez pouvoir faire une carrière encore plus longue.
    J’ai dit : - Non. Je veux faire ce service national.
    Et je l’ai fait dans les conditions, j’allais dire, de tous les autres élèves de l’ENA. Je suis parti à Coëtquidan, puis après à Angers, puis après à Rouen. Et j’ai été très heureux de cette période. J’ai beaucoup appris, et pas simplement pour savoir ce qu’était l’armée mais ce qu’étaient les hommes. »

  • Imprimer Pin it!

    Terrorisme: l'armée appelle les réservistes à la rescousse

    XVM6454787e-e60a-11e5-8fe2-47856bccd952.jpg

    INFO LE FIGARO - Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, annoncera jeudi des mesures en faveur de cet engagement citoyen dans le contexte post-attentats.

    En 1918, au sortir de la Grande Guerre, une idée s'impose dans l'opinion: la France a vaincu grâce à ses réservistes. Pourrait-il en aller de même, à l'avenir, après que Daech aura été mis hors d'état de nuire? Comparaison n'est pas raison, et l'écho ne peut être que lointain. Il n'en reste pas moins que, dans un contexte de grave péril sécuritaire, alors que l'élan citoyen est sollicité et que la résilience du pays paraît mise à l'épreuve, la réflexion sur les réserves est allée bon train, de même que celle sur d'autres formes de «services» - civique ou militaire. Les moyens budgétaires dont dispose la Défense pour assurer la protection du pays, quelque peu étoffés en 2015 mais toujours très contraints, ont également pesé dans la volonté du gouvernement de rénover la politique des réserves.

  • Imprimer Pin it!

    Jean-Yves le Drian demande la mise à la retraite du général Christian Piquemal

    VIDÉO - L'ancien patron de la Légion étrangère avait participé, en février dernier, à Calais, à un rassemblement anti-migrants pourtant interdit par les autorités. Le devoir de réserve de l'officier n'a «visiblement pas été respecté» indique l'entourage du ministre de la Défense.

    Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a demandé la mise à la retraite du général Christian Piquemal. Âgé de 75 ans, l'ancien patron de la Légion étrangère de 1994 à 1999 est poursuivi par la justice pour avoir participé à une manifestation anti-migrants à Calais interdite par la préfecture. L'entourage du ministre révèle, ce lundi, que ce dernier a saisi l'armée de Terre afin qu'un conseil de discipline exclut le gradé de la deuxième section, statut des officiers généraux qui ne sont plus en activité mais toujours à la disposition de l'armée, et le mette en retraite.

    Les officiers de la deuxième section bénéficient de certains avantages fiscaux, du droit de porter l'uniforme et sont aussi soumis à un devoir de réserve qui n'a «visiblement pas été respecté» dans le cas de Christian Piquemal, ajoute cette source. Le ministère travaille par ailleurs à une réforme du code de Défense, afin de permettre au ministre de prendre directement ce genre de décision, après discussion avec le chef d'état-major, sans passer par un conseil de discipline.

    Le «rôle principal» d'un rassemblement d'extême droite

    Le général Piquemal avait participé le 6 février, mégaphone à la main, à un rassemblement anti-migrants convoqué par le mouvement d'extrême droite Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident (Pegida) à Calais (Pas-de-Calais), manifestation interdite par les autorités. Il était sorti de sa réserve d'ancien officier parachutiste à la retraite afin de défendre publiquement, et en son nom, «la grandeur de l'identité de la France» avant de se faire interpeller par les CRS.

    Ses partisans avaient condamné son arrestation avec quatre autres individus ainsi que ses deux nuits en garde à vue et déploré le fait qu'il soit le premier général arrêté depuis Maurice Challe en 1961, l'un des quatre généraux putschistes d'Alger sous De Gaulle.

    Le 8 février, il devait être jugé en comparution immédiate au tribunal de Boulogne-sur-Mer avec quatre autres personnes pour «participation à un attroupement qui ne s'est pas dissout après sommation». Son procès avait été reporté en raison de son état de santé au 12 ami prochain. Le général s'était rendu à l'hôpital de Calais et «le médecin légiste qui l'avait examiné a indiqué que son état de santé était incompatible avec une comparution immédiate devant le tribunal correctionnel», rapportait le procureur Jean-Pierre Valensi.

    En ligne, il dénonce «l'immigration massive»

    Sur le blog du Cercle de citoyens-patriotes dont il est président, Christian Piquemal dénonce régulièrement «l'immigration massive», «les abandons de souveraineté» et «l'islamisation rampante et progressive». Avant la manifestation à Calais, il réagissait en ligne à l'annonce de l'interdiction à manifester dans un post intitulé «À propos de Calais»: «Malgré cette mesure arbitraire et abusive, et en raison notamment du nombre important de participants prévus ainsi que des moyens matériels qu'ils ont engagés, nous maintenons notre participation, apolitique, qui se fera dans l'ordre, le calme et la discipline des “vieilles troupes”; j'y serai présent physiquement.»

    Source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/03/07/01016-20160307ARTFIG00372-jean-yves-le-drian-demande-la-mise-a-la-retraite-du-general-christian-piquemal.php

  • Imprimer Pin it!

    Eric Cunat Military News

    462073_1115651348469713_8319673062050073357_o.jpg

     

    Connaissez-vous la page Facebook de mon ami Eric Cunat ?

    https://www.facebook.com/ericcunatmilitarynews

  • Imprimer Pin it!

    Nouveaux fusils de la BAC : les défauts réfutés par une enquête allemande

     
     
      (Capture Wikicommons @DomoK.)

    Il n'était déjà pas sûr que les policiers équipés de cette nouvelle arme puissent s'entraîner correctement. Cette fois, c'est la qualité des fusils d'assaut HK G36, reçus par la brigade anti-criminalité (BAC) de Paris, qui est mise en cause. Selon France Info, ces armes de guerre, qui tirent 750 balles à la minute, auraient des problèmes de précision.

    Ces fusils supposés être répondre à la menace terroriste auraient du mal à supporter la chaleur et se mettrait à tirer de travers en cas de fortes températures. 

    Ces armes, fabriquées par la société allemande Heckler & Koch (H&K), font déjà l'objet des critiques depuis le printemps dernier. Suite à des témoignages de soldats en Afghanistan et à plusieurs rapports, le ministre de la Défense allemand a reconnu que le G36 devenait imprécis lorsqu'il est soumis à de fortes températures et à l'humidité. Si le fusil - qui est conçu pour cette utilisation - tire en rafale, il surchauffe. Certains évoquent même une imprécision de 50 centimètres à 6 mètres, racontait L'Express à l'époque. Le ministre allemand de la Défense avait ainsi déclaré : «Le fusil, tel qu'il est construit, n'a pas d'avenir dans la Bundesweh (ndlr. l'armée allemande)».

    Ce constat avait cependant été révisé en octobre 2015, à la suite de l'enquête d'un écologiste, explique le groupe de médias allemands DW sur son site. Selon Winfried Nachtwei, qui a interrogé 200 soldats allemands, aucun militaire n'a été mis en danger en utilisant cette arme. 

    D'ici le mois de juin, et pour un budget de 17 millions d'euros, les BAC parisiennes et de Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine et Val-de-Marne, seront équipées de 204 de ces fusils allemands. «Il était nécessaire que vous soyez en mesure de répliquer aux tirs d’armes de type Kalachnikov que certains criminels n’hésitent désormais plus à utiliser contre vous», a expliqué Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur. Ces nouveaux fusils étaient réclamés par les syndicats de gardiens de la paix, depuis les attentats de «Charlie Hebdo » et de l’Hyper Cacher, en janvier 2015.

    Commentaire : Encore une info biaisée! De quoi s'agit-il? Les fusils d’assaut choisis (HK, firme allemande qui produit depuis longtemps parmi les meilleures armes de la planète) sont faits pour les forces de l'ordre et pas pour les militaires. Dans une expérience antérieure, des forces de l'ordre allemandes sous commandement ONU se sont retrouvées à devoir affronter une situation militaire (assaut retranché) ce qui a entraîné notamment des tirs continus en rafale à grande distance (600 mètres). Et effectivement, ce type d'arme chauffe dans ce cas et les tirs deviennent moins précis (50 centimètres à 600 mètres).
    C'est tout à fait normal: l'arme n'est pas faite pour ça.
    Si la France avait choisi de remplacer le FAMAS par ce HK là, ce serait évidemment une erreur. 
    Mais pour la police, qui ne fera pas de tirs continus en rafale à longue distance, cela ne posera pas de problème.