Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Breizh

  • Imprimer Pin it!

    Fier que la chaise à mon nom reste vide au défilé de bottes des Champs Elysées #14Juillet

     

    Fier que la chaise à mon nom reste vide au défilé de bottes des Champs Elysées

     

    Ce matin, alors que commençait le défilé du 14 juillet, Xavier Cantat, conseiller municipal EELV à Villeneuve-Saint-Georges, a publié le tweet ci-dessus.

    Cette année, le défilé honorait les troupes qui ont agi récemment pour préserver la sécurité et la liberté du pays (régiments ayant participé aux opérations extérieures, pompiers, policiers…) ainsi que des troupes étrangères invitées et un détachement de l’ONU, notamment après la guerre du Mali. Or ce sont une sécurité et une liberté qui permettent précisément, entre bien d’autres choses, à quelqu’un comme Monsieur Cantat de pouvoir s’exprimer tranquillement sur Twitter, de dire ce qu’il pense comme il le souhaite. Une sécurité et une liberté qui trop souvent coûtent la vie à ceux qui s’engagent pour les défendre : au Mali seulement, les lieutenant Damien Boiteux, sergent-chef Haroold Vermozeel, caporal Cédric Charenton, brigadier-chef Wilfried Pingaud et caporal Alexandre Van Dooren.

    La célèbre phrase de George Orwell revient ici, hélas, une fois de plus à l’esprit : « Si le mouvement attirait en masse des hommes dotés de meilleurs cerveaux et d’un sens plus élaboré de la décence ordinaire, les personnages douteux (…) cesseraient d’y tenir le haut du pavé. » 

  • Imprimer Pin it!

    Communique spécial de la Saint-Cyrienne

    La Saint-Cyrienne


    COMMUNIQUE SPECIAL
     
     
     
    Les commémorations de l'armistice du 11 novembre 1918 représentent chaque année un vibrant hommage aux huit millions de mobilisés et soldats de la Grande Guerre provenant de chacune de nos régions et des anciennes colonies. Plus de 1400 000 soldats, marins et aviateurs ont donné leur vie sur les champs de bataille entre 1914 et 1918 pour libérer la France, espérant aussi qu'une paix durable s'installe. Leurs noms et prénoms sont gravés en lettre d'or sur la pierre froide des monuments de nos villes et de nos villages.
     
    L'Union Française des Associations de Combattants et de victimes de guerre (UFAC) s'est exprimée le 11 novembre 2010 par voie de message, lequel a été lu dans un certain nombre de communes et parfois en présence de troupes sous les armes. Au-delà de l'hommage bien légitime à nos morts, l'UFAC « considère que seule la négociation est en mesure d'éviter ou de résoudre les conflits et s'oppose à tout recours aux armes ».
      
    La Saint-Cyrienne, association des élèves et anciens élèves de l'Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr, l'AEN, association des anciens élèves de l'Ecole Navale, l'AEA, association des anciens élèves de l'Ecole de l'Air, l'Epaulette, Association des officiers des recrutements internes et contractuels de l'armée de Terre, de la Gendarmerie et des Services communs, constatent que l'opposition à tout recours aux armes pour éviter ou résoudre les conflits n'est conforme ni à la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, ni à la Constitution de la République, ni à la Charte des Nations unies. Elles condamnent cet appel illégal et estiment que l'UFAC et les autorités qui ont lu ce message ont manqué de sens des responsabilités.
     
    Les autorités légales devant les situations graves, mettant en jeu l'avenir ou la sécurité du peuple Français, disposent d'un certain nombre de possibilités. Sauf urgence extrême la diplomatie est en charge de trouver des solutions avec des interlocuteurs disposés à négocier. Pour autant l'emploi des armées est légitime dès lors que le Président de la République  décide leur engagement pour la sécurité de la France ou sa participation au maintien de la paix et des équilibres dans le monde.
     
    L'Histoire des années trente doit permettre à tout citoyen de 2010 de refuser le pacifisme systématique à ne pas confondre avec une légitime espérance de paix.
     
     
    Général de corps d'armée (2s) Dominique Delort, Président de la Saint-Cyrienne
     
    Vice-amiral d'escadre (2s) Bernard Capart, Président de l'AEN
     
    Général de corps aérien (2s) Pierre Niclot, Président de l'AEA
     
    Général (2s) Jean-François Delochre, Président de l'Epaulette
    ===========================================================================

  • Imprimer Pin it!

    En m'enracinant en Normandie...

    ns881288302542c.gif

    "Nous étions quelques garçons trop jeunes pour avoir affronté l’épreuve de la guerre et qui nous retrouvions, poissons sans eau sur un rivage que venait d’abandonner le grand raz-de-marée. Oui, c’était bien l’eau qui nous manquait. Mao parle du partisan “dans son peuple comme un poisson dans l’eau”… Quel peuple alors ? L’Europe, coupée en deux n’était plus qu’un mythe… Alors la France ? Elle vivait encore de ses guerres civiles, et si nous nous en faisions une « certaine idée, ce n’était ni celle des vainqueurs, ni celle des vaincus… Donc nous cherchions autre chose. Une patrie ou un peuple qui existassent par eux-mêmes, bien avant et bien après les sanglantes et folles convulsions de l’actualité… En m’enracinant en Normandie, je décidais de monter la garde sur quelque littoral sacré."
     
    Jean Mabire

  • Imprimer Pin it!

    Soutien à "Gaby", l'épouse du général BIGEARD

    Merci de rejoindre ce groupe.
    http://www.facebook.com/group.php?gid=150832551613262
    Cordiales salutations

    Claude