Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

TBCH - Page 4

  • Imprimer Pin it!

    AUSTERLITZ : LA GLOIRE DE NAPOLÉON

     

    AUSTERLITZ : LA GLOIRE DE NAPOLÉON

    LA BATAILLE D'AUSTERLITZ, EN 1805, VIT LES FORCES NAPOLÉONIENNES DÉFAIRE AVEC MAESTRIA L'ARMÉE AUSTRO-RUSSE, POURTANT SUPÉRIEURE EN NOMBRE.

    C'est le lundi 2 décembre 1805 qu'eut lieu, dans le sud de la Moravie (aujourd'hui, en République tchèque), cette bataille qui opposa la Grande Armée aux forces austro-russes de François II du Saint-Empire et d'Alexandre Ier. Considérée comme le chef-d'œuvre tactique de Napoléon, elle est aujourd'hui encore enseignée dans les écoles militaires : en effet, le chef de l'armée française put choisir le terrain, y amener l'ennemi et lui imposer son plan.

     

    Le 17 décembre 1805, Le Journal de l'Empire, alors le journal le plus diffusé de la presse parisienne, fait un compte-rendu complet de la bataille. Il commence par détailler les préparatifs de Napoléon. Le plan de ce dernier, convaincu que "la présomption, l'imprudence et l'inconsidération régneraient dans les décisions du cabinet militaire, comme elles avaient régné dans celles du cabinet politique", consiste à faire croire à l'ennemi que les forces françaises sont insuffisantes pour vaincre. Il s'y emploie par de nombreuses ruses.

     

    La veille du combat, rapporte le journal, il s'adresse ainsi à ses officiers :

     

    "Voilà la plus belle soirée de ma vie ; mais je regrette de penser que je perdrai bon nombre de ces braves gens. Je sens au mal que cela me fait qu'ils sont véritablement mes enfants et, en vérité, je me reproche quelquefois ce sentiment car je crains qu'il ne finisse par me rendre inhabile à faire la guerre."

     

    Puis, le matin du 11 frimaire, "une des plus belles journées de l'automne", qui est aussi la date anniversaire du couronnement de l'Empereur, c'est la bataille. L'ennemi fonce dans le piège de Napoléon, sans attendre les renforts du sud.

     

    "Le prince Murat s'ébranle avec sa cavalerie. La gauche, commandée par le maréchal Lannes, marche en échelons par régiments comme à l'exercice. Une canonnade épouvantable s'engage sur toute la ligne : 200 pièces de canon et près de 200 000 hommes faisaient un bruit affreux ; c'était un véritable combat de géants. Il n'y avait pas une heure qu'on se battait, et toute la gauche de l'ennemi était coupée."

     

    Malgré son infériorité numérique, l'armée napoléonienne remporte une victoire éclatante, qui assoit pour de bon la légitimité de l'Empereur. Le compte-rendu du Journal de l'Empire, clément envers les vaincus, s'achève par une adresse à l'Angleterre, jugée responsable de la guerre. C'est elle, en effet, qui est à l'origine de la coalition anti-française :

     

    "Il faudra trois jours pour que tous les blessés ennemis soient évacués sur Brünn. Le cœur saigne. Puisse tant de sang versé, puissent tant de malheurs retomber enfin sur les perfides insulaires qui en sont la cause ! Puissent les lâches olygarques de Londres porter la peine de tant de maux !"

     

  • Imprimer Pin it!

    POUR LE 2S

  • Imprimer Pin it!

    Salut, moi c’est brushing

     

    15102008_10209494490371752_716768318_o


    Salut, moi c’est brushing, aurait dit Coluche, autrement dit Emmanuel. Il y va le p’tit protégé propre sur lui de Moi-président et il va mettre bien le bazar avant la primaire de droite et celle de gauche, s’il y en a une. Et Manuel qui s’y voyait aussi. Ils gesticulent tous avec le même argument : votez pour moi, sinon vous aurez Marine. L’électorat risque fort de se balkaniser, de s’émietter, au premier tour des choses sérieuses et chacun en fera porter la responsabilité aux autres. L’ennui, avec ce quinquennat pour rien, comme écrirait Zemmour avec la clairvoyance qu’on lui connaît, c’est que tout le monde, ou presque, se pense capable de faire aussi bien, enfin, moins mal. Heureusement, notre valeureux président est toujours là et il appelle au rassemblement du haut de ses 4 %… mais tout le monde appelle au rassemblement. Avec tous ces micro-candidats, les deux élus du second tour de la présidentielle, ceux déjà assis sur un beau matelas de voix, apparaissent de plus en plus clairement : Marine et Jean-Luc. Ça tombe bien ils ont le même programme, avec la préférence nationale pour l’une. A la commission européenne, on s’en fout et on attend la fin de la représentation chez les clowns. Quel que soit le président, il aura droit, comme Donald, à sa feuille de route libérale-mondialisée-islamophile. Circulez y a rien à voir.

    Source: http://lecolonel.net/la-minute-cynique-de-pierre-duriot-19/

    Lire aussi: http://www.huffingtonpost.fr/2016/11/14/jean-luc-melenchon-accuse-emmanuel-macron-avoir-programme-inspire-marine-le-pen/

  • Imprimer Pin it!

    Yann Ber Kalloc'h

    Le poète breton Jean-Pierre Calloc'h a été tué sur le front en 1917, au cours de la Première Guerre mondiale. Cet extrait, tiré du documentaire réalisé par Roland Michon pour Kalanna, relate les derniers mois de sa vie, depuis l'école des sous-officiers de Saint-Maixent jusque sa mort à Urvillers (Aisne).

     
  • Imprimer Pin it!

    AU YEMEN LE VRAI VISAGE ÉPOUVANTABLE DE L’ARABIE SAOUDITE

     

    1018911536.jpg

     

    S’il est, dans le monde, une guerre qui me donne la nausée plus que toute autre guerre ou conflit, c’est bien celle menée au Yémen à l’instigation de l’Arabie Saoudite qui préside actuellement, à la grande satisfaction des Etats membres, une instance stratégique du Conseil des droits de l’homme aux Nations Unies ici. Tout ceci me révulse. Une guerre volontairement occultée qui dissimule mal un immense crime contre l’humanité. //RO


     

    A la question de savoir si l’Arabie saoudite allait continuer d’utiliser des bombes à sous munitions au Yémen, l’ambassadeur saoudien à Washington répond avec un léger sourire : « C’est comme la question “allez-vous arrêter de frapper votre femme?”». Une analogie épouvantable qui ne fait rire personne sauf lui-même. Le prince Abdullah Al Saoud, ambassadeur d’Arabie saoudite aux États-Unis, a déclaré que le Royaume poursuivrait ses frappes contre les insurgés houthis au Yémen « peu importe ce qu’il faudra faire », relaye The Intercept : « Si quelqu’un s’en prend à des vies humaines et viole une frontière, dans n’importe quelle région, nous continuerons à frapper peu importe ce qu’il faudra faire ».

    Il a également fait un parallèle plus qu’hasardeux en répondant à la question concernant l’arrêt de l’utilisation de bombes à sous-munitions par l’Arabie saoudite au Yémen. En ricanant, il a lancé : « C’est comme la question “allez-vous arrêter de frapper votre femme?”».

    Dirigée par l’Arabie saoudite, la coalition arabe, qui soutient le parti du gouvernement yéménite, effectue depuis mars 2015 des raids sur les zones contrôlées par les rebelles houthis. Or, de nombreux cas de frappes sur des installations civiles, notamment des écoles et des hôpitaux, ont été recensés.

    Selon les données du Centre yéménite pour les droits et le développement, depuis le printemps 2015, le conflit a coûté la vie à plus de 10 000 civils, dont 2 400 enfants et 2 000 femmes.

    Commentaire : Et personne ne dit rien contre cette brutalité sans nom sur le Yemen. Et tous sont amis de l’Arabie Saoudite, complices de ses crimes, de ses crimes au Yemen comme de ses crimes en Arabie Saoudite même. Encore une fois notre regard devient vitriolique devant les responsables de tant de souffrance sur cette planète. Rien ne nous est caché : tout est là, devant nos yeux, leur insensibilité, leur inhumanité, leur folie meurtrière mêlée de cynisme, et tout ça est tellement honteux.